Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

10 juin 2008

Cent ans de Georges Nelson, ou la belle réédition

C'est une belle pièce que vient de sortir Vitra, à l'occasion du centenaire de la naissance de Georges Nelson. Une chaise d'exception, dont le tirage a été limité à 1 000 exemplaires. Et qui en fera un objet recherché.

George Nelson aurait fêté son 100e anniversaire le 29 mai de cette année. A cette occasion, Vitra réédite la Pretzel Chair, l’une de ses créations les plus connues, dans une Édition d’anniversaire limitée à 1 000 exemplaires. Cette édition numérotée de la Pretzel Chair sera réalisée avec un précieux placage de palissandre et accompagnée d’une  documentation complète.

141810ae44f4faf31e0cc4cf8641c2ec.jpg

Au cours des années 50, George Nelson a développé, avec son bureau new-yorkais, une série de sièges individuels et expressifs qui se sont pour certains hissés au rang de classiques. Avant la célèbre Coconut Chair ou le Marshmallow Sofa, il créait dès 1952 une chaise en stratifié formé appelée dans un premier temps simplement « Laminated Chair ». La courbe à la fois élégante et audacieuse du dossier et des accoudoirs a rapidement inspiré le surnom de Pretzel Chair - comme un Bretzel. De même que le dossier et les accoudoirs qui le prolongent, les quatre pieds de la chaise qui se croisent sous l’assise sont fabriqués en bois stratifié. Ils s’affinent vers le bas, conférant une silhouette filigrane à la chaise. Au moment où naissait la Pretzel Chair, Nelson publiait son livre intitulé « Chairs » (1953) dans lequel il donnait un aperçu général de l’évolution et de la diversité des sièges modernes. Pour Nelson, la chaise était le principal meuble moderne : « On ne peut que supposer quels sont les objets que la postérité retiendra comme étant particulièrement typiques de la culture occidentale, mais je pense que la chaise contemporaine en fera partie. »

88a59c5fa347a5a31831d8d22c866eef.jpg

La Pretzel Chair incarne de manière exemplaire certaines des principales thèses que Nelson formule dans cet ouvrage. Alors que Nelson se déclare en faveur de l’intégration des armoires, des luminaires et des canapés dans l’architecture de la maison moderne, il envisage une évolution contraire pour la chaise. La chaise, selon Nelson, n’est pas simplement le dernier objet indépendant : dans l’espace ouvert de l’intérieur moderne, elle se détache du mur pour prendre place au milieu de la pièce et adopte donc de plus en plus souvent des formes sculpturales. « La légèreté, la transparence et une silhouette élégante » étaient les qualités décisives d’une chaise pour Nelson.

La Pretzel Chair allie toutes ces qualités. Si l’on contemple les photos du bureau de Nelson de l’époque, on constate qu’il comportait de nombreuses chaises classiques en bois courbé. Ainsi, les chaises produites par Thonet pourraient avoir été l’une des sources d’inspiration des formes de la Pretzel Chair. Mais Nelson, plutôt que d’utiliser du bois courbé, a opté pour la variante contemporaine du bois stratifié, ce qui s’est avéré un véritable défi technique en raison de la déformation du dossier, qui passe de la verticale au niveau du dossier à l’horizontale au niveau des accoudoirs. Les coûts que cela entraîne sont la principale raison pour laquelle la chaise n’a été produite à l’époque qu’en très peu d’exemplaires, dans ses deux versions (avec et sans accoudoirs).

_______________________

Plus de renseignements sur le site de Vitra.