Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

05 mars 2010

Archi, ou l'école de Montpellier ouvre ses portes

Samedi 6 mars de 11h à 17h, journée portes ouvertes de l’ensam.

 

ecole d'archi portes ouvertes.jpg

Ø       Expositions, projections, rencontres avec des enseignants et des étudiants.

Ø       Renseignements sur le cursus pédagogique et les modalités d’entrée à l’ensam

Ø       A 14h30, en amphithéâtre, présentation de l’école et des études.

26 février 2009

Gilles Cusy, nouveau directeur de l'école d'architecture de Montpellier : « Confronter l’architecture au patrimoine »

L’école d’architecture de Montpellier, Gilles Cusy la connaît bien, pour y avoir appris son métier. Entré en 1976, il est diplômé en 1983.  Vacataire, il est ensuite nommé enseignant à Saint-Etienne, avant d’y revenir. Il en deviendra président du conseil d’administration, puis  responsable des études. Et désormais, il en est le directeur. Rencontre.

 

photo giles cusy.jpg


Quel est le rôle du directeur de l’école d'archi ?

Il est chargé de rapporter à l’école les grandes orientations que souhaite la direction de l’architecture (le ministère de la Culture, autorité de tutelle de l’école), vérifie que les orientations prises par le conseil d’administration sont conformes à la politique du ministère. En fait, je dois  faire en sorte que les choses fonctionnent dans une machine qui peut vite se griper.


Il était important qu’un architecte qui exerce ce rôle ?

C’est un avantage. Lors des négociations, cela donne peut-être au directeur un peu plus de crédit.


Quels sont vos premiers dossiers ?

Je vais faire en sorte que le dossier de l’habilitation soit constitué de la manière la plus pertinente. Ce dossier définit la politique pédagogique  de l’école pour quatre ans. Ce que je souhaite aussi, c’est ouvrir les relations de l’école avec le monde extérieur. J’ai un peu l'impression que nous sommes coupés du territoire régional. J’ai envie de donner de la visibilité à l’école dans la ville, de mettre les étudiants au contact des  réalités régionales. Le danger qui nous guette, c’est de nous refermer sur nous même.


Vous avez déjà des idées en ce sens ?

J’aimerais que l’école soit le maître d’oeuvre d’une grande exposition sur l’architecture d’aujourd’hui dans un grand territoire régional,  probablement le nord du bassin méditerranéen, en posant une question : "Est-ce qu’il existe des spécificités, une identité de l’arc méditerranéen ?"

Quelle est la particularité de l'école de Montpellier ?

Nous sommes dans une ville qui est un vrai laboratoire d’observation du phénomène de l’étalement urbain. Et nous sommes également au  coeur d’un patrimoine du XXe siècle, avec La Grande-Motte, La Paillade... Etudier ces questions n’a de sens que si on confronte l’histoire de  l’architecture à son patrimoine.


Quel est le positionnement de l’école, au milieu des universités montpelliéraines ?

Elle a la légitimité pour délivrer un master d'architecture, mais aussi la légitimité à construire d'autres enseignements, sur des questions techniques, dans ses murs, sur son propre label, en partenariat. Cela correspond à un double objectif : offrir la possibilité à nos étudiants de se réorienter, mais aussi donner un cursus avec double compétence : architecture et urbanisme ou architecture et ingéniérie... La réforme LMD nous en donne la possibilité. Le métier d'architecte a profondément muté ces dernières années.


Recueilli par Martin MOREAU

________________________


A découvrir

Une journée portes ouvertes est organisée le 7 mars. L’occasion pour les futurs bacheliers de découvrir les locaux, rue de l’Espérou à  Montpellier, mais également les formations. Les dossiers d’inscriptions sont à retirer jusqu’au 3 avril. Et les épreuves d’admission se dérouleront le 16 mai.

03 février 2009

Les Najap, ou l'expo du début de l'année

C'est l'exposition à ne pas manquer en ce début d'année. L'école d'archi de Montpellier, en partenariat avec la Maison de l'architecture du Languedoc-Roussillon, accueille les Najap (nouveaux albums des jeunes architectes et paysagistes). C'est d'ailleurs sa première sortie en province, après avoir été vue par de nombreuses personnes à la cité de l'architecture et du patrimoine, à Paris.

hpqscan0002.jpg

Mais les Najap, qu'est ce que c'est ?   "Pour les jeunes architectes, il est toujours très difficile d'accéder à la commande publique. Un peu comme si en dessous de 40 ans, on ne pouvait pas constuire en France...", explique Isabelle Bertrand, la responsable de la communication de l'école d'archi de Montpellier. Le ministère de la Culture a donc lancé un concours européen de promotion des jeunes architectes. "Cela existait dans les années 1980. Et le ministère l'a relancé il y a quelques années, avec des expositions, un cercle de parrainage", poursuit-elle.

Ainsi, l'expo qui sera inaugurée mercredi soir va vous permettre de découvrir un vivier de jeunes architectes, français et étrangers. Une vingtaine, parmi plus de 250 dossiers déposés. Et pour accompagner cette exposition, une rencontre-débat se déroulera le jeudi 26 février, à 18 h, dans le grand amphi de l'école d'archi, sur le thème : "l'architecte, le paysagiste et l'échelle urbaine". Y participeront Frédérique Villemur,  maître assistante en histoire de l'art et de l'architecture, ainsi que trois lauréats des Najap 2008 : Bureau Bas Smets, Boris Schneider de Sam architecture et Clotilde Viellard-Buchet de l'Atelier du Serpentaire.

M. M.

25 janvier 2009

Ecole d'archi, des infos : une esposition sur le Palladio

Il vous reste quelques jours pour vous rendre à l'école d'architecture de Montpellier et y découvrir l'exposition consacrée au Palladio, architecte de la Renaissance qui aurait 500 ans aujourd'hui.

gview (2).jpg


Plus d'infos sur le site de l'Ensam.


12 janvier 2009

Ecole d'archi, des infos : conférence ce jeudi

conférence
territoires_matières_climats_énergies
une architecture des ressources territoriales
par Jean-Gilles Décosterd, architecte

mercredi 14 janvier 2009 à 18h
e_maillart__1937.jpg

 

 

 

Jean-Gilles Décosterd est architecte diplômé de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne.
Dans la continuité des recherches expérimentales présentées et primées depuis dix ans (au Pavillon suisse de la Biennale de Venise en 2002, avec une acquisition du Musée National d’Art Moderne du Centre Georges Pompidou en 2004), il développe actuellement des projets en Suisse et à l’étranger qui ‘postulent’ d’une architecture des ressources territoriales.
Enseignant l’architecture dans différentes écoles en Suisse depuis 2000, Jean-Gilles Décosterd est aujourd’hui Professeur d’architecture et fondateur de l’Ecole Spéciale d’architecture de Lausanne, en Suisse.

Il situe l’architecture dans l’immédiateté d’une expérience physique du monde, qui se préoccupe plus de qualifier des relations que de produire des formes. Une architecture d’une part en étroite relation avec l’homme dans sa dimension physiologique et, d’autre part, en lien avec la réalité physique du territoire. Une architecture qui se veut strictement l’interface entre ces deux échelles, le micro relatif à l’homme et le macro relatif au territoire.
L’enjeu est de comprendre et de travailler avec les mécanismes physiologiques réels, au plus près des connaissances scientifiques et médicales actuelles.
Si ceci vaut pour «l’espace du dedans», occupé par l’homme, ce paradigme change notre relation à «l’espace du dehors», le territoire habité par l’architecture.

photo : Ella Maillart, Afghanistan to India, 1937

02 décembre 2008

Ecole d'archi, des infos : l'architecture de terre

L'école d'archi de Monptellier propose, durant tout le mois de décembre, une expostion consacrée à l'architecture de terre.

ensam archi de terre.jpg


Du 1 er au 18 décembre ,  l’exposition "Architecture de Terre" réalisée par le laboratoire CRATerre de l’école d’architecture de Grenoble, présente une vingtaine de sites d’architecture de terre aujourd’hui inscrits au Patrimoine mondial

Voir le site de CRATerre




Et une soirée débat est organisée, le jeudi 4 décembre, à 18 h.


Présentation par Hubert Guillaud et Claire-Anne de Chazelles, leurs auteurs avec Alain klein, de l’ouvrage "Echanges transdisciplinaires sur les constructions en terre crue", aux Editions de l’espérou (ensam).


Projection du film "Les nouveaux habits de la terre", un film de François Le Bayon / Production : LIEURAC PRODUCTIONS (France) - NANOOK (Portugal) Avec la participation de FRANCE 5, PLANÈTE & du Centre national de la cinématographie / 52 minutes 2004. La construction en terre crue a été très courante dans toutes les villes et campagnes de l’Europe jusqu’en 1930.  Depuis quelques années elle fait un étonnant retour dans les pays industrialisés, devenant une réponse parfaitement crédible aux limites perceptibles des matériaux de construction industriels.  La terre crue n’utilise aucune énergie pour sa production. Puisée sur le chantier même, elle ne nécessite aucun transport. Elle ne pose aucun problème de recyclage. Facile d’emploi, c’est le matériau idéal pour retenir la fraîcheur en été et conserver la chaleur en hiver, et aussi pour l’humidité bienfaisante qu’il restitue et la diversité des formes qu’il permet. Tourné en France, en Espagne, au Portugal et en Autriche, ce documentaire montre à travers de nombreux exemples de constructions contemporaines que la terre crue revêt de "Nouveaux Habits" et devient le matériau de l’avenir pour notre habitat.sd


 

19 novembre 2008

Ecole d'archi, des infos !

Quelques infos sur l'école nationale supérieure d'architecture de Montpellier.

En ce moment se déroule une exposition sur l'oeuvre de Le Corbusier en Inde, à Chandigarh plus précisément.

chandi.jpg

Une exposition se déroule actuellement dans le hall de l'Ensam. Et jeudi soir, une conférence se déroule à 18 h, sur le thème "Chandigarh, l'oeuvre ouverte et le temps". C'est Rémi Papillaut, enseignant à l'Ensa de Toulouse, qui animera les débats.

27 octobre 2008

Ecole d'architecture de Montpellier, des infos !

Quelques nouvelles de l'école nationale d'architecture de Montpellier. Avec, à compter d'aujourd'hui, une exposition sur l'interaction entre architecture contemporaine et patrimoine. Ou comment faire cohabiter création architecturale et vieilles pierres des monuments historiques. En plus d'une exposition des projets réalisés par les étudiants, demain en fin d'après-midi une table ronde est organisée pour débattre du sujet.

ensam chartre.jpg

En voici le programme.

  • 17 h 30 : Ouverture par Thierry Verdier, directeur de l’ensam

DVD de l’ACCR
La Chartreuse, les Centres culturels de rencontre, le concours d’idée pour des monuments au présent  lancé par l’ACCR et son déroulement par François de Banes Gardonne , directeur de la Chartreuse de Villeneuve lez Avignon, Centre culturel de rencontre


Le projet des étudiants de l’ensam à la Chartreuse et celui des étudiants de Paris Belleville également pour la Chartreuse
DVD du concours par les étudiants de l’ensam et leur enseignant Nicolas Pauli

  • 18 h 00 : table ronde ; Invention architecturale et patrimoine ou vers des monuments au présent ; L’évolution des postures et des débats à travers le temps ; Les rôles respectifs des acteurs concernés, des  intervenants et des responsables pour les projets sur des monument.  Exemples choisi. Avec : François de Banes Gardonne , directeur de la Chartreuse de Villeneuve lez Avignon,  Olivier Cadart, architecte en libéral à Avignon, conseil de la Chartreuse de Villeneuve lez Avignon, François Goven, architecte, inspecteur général des monuments historiques, membre du jury du concours de l’ACCR, Olivier Poisson, architecte, inspecteur général des monuments historiques pour la région Languedoc Roussillon, vice-président d’Icomos international,  Jacques Dreyfus, chef du service départemental de l’architecture et du patrimoine du Gard, Alain Bourbon, architecte, directeur du CAUE 30, Anne-Marie Llanta, architecte conseil au CAUE 30, Thierry Verdier, architecte, historien d’art, directeur de l’ensam et Nicolas Pauli, enseignant à l’ensam.