Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

08 octobre 2010

Un centre technique aérien à La Grande Motte, ou le bois au milieu des pins

On imagine toujours un centre technique municipal comme une espèce d'affreux hangar en désordre, verrue urbaine que l'on tente de cacher. L'agence N+B (Elodie Nourrigat et Jacques Brion) vient pourtant de signer une réalisation qui ne ressemble en rien à ces préjugés. C'est à La Grande-Motte, au milieu des pins emblématiques de la station balnéaire, que se cachent ces bâtiments.

C'est une immense vague de bois, très aérienne, dont l'objectif principal est l'intégration dans ce site boisé. Et l'on peut dire que c'est plutôt réussi, puisqu'elle évoque plus une cabane forestière ou une villa écolo qu'un centre technique. Le montant des travaux s'est élevé à 850 000 € et le chantier s'est déroulé de juin 2008 à juin 2010. Au final, la superficie construite s'élève à 1515 m2.

M. M.

Le mieux est encore de le découvrir en images...

La grande motte (1).jpg
La grande motte (2).jpg
La grande motte (3).jpg
La grande motte (4).jpg
La grande motte (5).jpg
La grande motte (6).jpg
La grande motte (7).jpg
Photos de Paul KOZLOWSKI

11 juin 2008

Architectures vives, ou le festival de Montpellier... c'est ce week-end

Archi#Déco#Design vous en a déjà parlé. Le festival Architectures vives, dont c'est la troisième édition, débute le 12 juin. L'occasion inespérée de découvrir les cours secrètes de Montpellier et le travail réalisés par des architectes pour les mettre en valeur.

Cette année, il prend le nom de In [Side] Out. Et se déroule jusqu'au 15 juin. Pendant ces quelques - rares - jours, vous aurez la possibilité de rentrer dans ces cours d'hôtels particuliers montpelliérains et de vous impregner à la fois de leur histoire, mais également de la nouvelle page de l'histoire qu'a voulu écrire l'architecte ou le groupe d'architectes qui l'investit.

 

0abe9eb2fa087b2074bcf11139cf793b.jpg

 

On vous laisse découvrir quelques images des projets...

 

d929fe3cc8fd375d00c6c1264d3b7127.jpg
d856eb2d4aba749bfc17f68334990002.jpg

 

6ba2f9a6d1436d0455a41ef6bfebd5a6.jpg

 
cd33672800879cd0425bf0658b589e0d.jpg

 

Et on vous invite à vous rendre rapidement sur le site du festival, afin de faire mieux connaissance avec ce surprenant festival. 

05 mai 2008

Architectures vives, ou le festival vivant de Montpellier

On vous a déjà parlé d'Elodie Nourrigat, cette jeune architecte de Montpellier, récemment récompensée par un prix européen et consacrée parmi les 40 étoiles montantes de l'architecture du vieux continent. Eh bien, cette jeune femme a plus d'une corde à son arc. Et avec son associé au sein du cabinet N+B, Jacques Brion, elle est également l'organisatrice du festival Architectures vives. En juin prochain, ce sera la troisième édition d'un événement bien parti pour s'inscrire, malgré le côté éphémère des créations, dans la durée.

Archi#Déco#Design : Qu'est ce que c'est que ce festival  ?

Elodie Nourrigat :  Notre idée, c'est d'intéresser les gens, le grand public à l'architecture, lui donner un côté moins solennel, moins lourd. Et si l'on veut intéresser à l'architecture contemporaine, il faut montrer que l'endroit est un lieu de plaisir. C'est pourquoi nous avons eu l'idée d'un dialogue entre un lieu patrimonial, les cours des hôtels particuliers de Montpellier, et l'architecture contemporain.

# : Quelle est la démarche des architectes qui exposent ?

E.N. :  A chaque fois, il faut essayer d'interroger le lieu. A l'époque, les cours étaient des lieux publics, ils sont maintenant privés la plupart du temps. Il faut donc s'interroger sur cette ambiguité. Chaque architecte va donner sa propre réponse pour que chaque visiteur y trouve également sa propre réponse.

# : C'est très ouvert comme démarche...

E.N. : Nous ne voulons surtout pas être un festival donneur de leçons. Si, en visitant, il y a une prise de conscience, c'est déjà cela de gagné !

# : Comment sont sélectionnés les projets ?

E.N. : Nous avons lancé un appel à candidature. On a juste demandé, dans un premier temps, un CV et une lettre d'intention. Ensuite, pour les architectes retenus par le jury, nous avons fait une visite des lieux. Les candidats ont alors réalisé un projet, qui à chaque fois, est une oeuvre originale.

# : Mais quelle est la différence avec une création artistique contemporaine ?

E.N. : Nous demandons aux gens de travailler sur la notion de la gestion de l'espace. On demande aux gens d'interagir avec le lieu. Nous avons des artistes qui interviennent, mais ils font une installation spécifique pour le lieu.

# : Quel est le public du festival ?

E.N. : Tout le monde. Les gens viennent par curiosité, parfois uniquement pour découvrir les cours d'ordinaire fermées au public.  D'ailleurs, on essaye chaque année, d'ouvrir de nouvelles cours, mais il faut l'accord des propriétaires, car la plupart sont privées. On a un public familial, des visites d'écoles aussi. D'ailleurs, dans chaque cours, des étudiants de l'école d'architecture de Montpellier sont présents pour expliquer l'installation. En général, les gens sont contents. Et de toute façon, on souhaite qu'une vraie convivialité s'installe.

# : C'est aussi l'occasion de montrer une autre architecture, puisque Montpellier est très marquée par de grands architectes bâtisseurs : Bofill, Portzamparc...

E.N. : Bofill a amené la ville dans une autre dimension. Et c'est vrai que ces grands architectes, de qualité, ont marqué Montpellier.

Archi#Déco#Design reviendra plus longuement sur le festival, en présentant les projets retenus. A noter tout de même, les dates de la manifestation. Elle aura lieu du 12 au 15 juin 2008. On vous laisse tout de même songer au festival avec quelques images des éditions précédentes.

e88526e4e89df2a0751a7a86d33e9e53.jpg
51390e1f17a977274cfe16b9a2e47c85.jpg
8ee9cd69c72e3574a242cd469df18aa3.jpg
4de5966ddcf7b72bc911038d59011bbf.jpg

_____________________

A découvrir également sur le site internet du festival.

18 avril 2008

Elodie Nourrigat, ou la consécration européenne pour l'architecte montpelliéraine

Elodie Nourrigat, qui avec Jacques Brion, a fondé le cabinet d'architecture N+B à Montpellier, vient de voir son travail récompensé. Et de quelle manière. Ainsi, elle a été choisie comme l'une des "40 under 40", soit l'un des quarante architectes âgés de moins de 40 ans, en Europe, et qui sont considérés comme les espoirs de l'architecture de demain. Un prix décerné par un jury de professionnels réuni à New York en décembre 2007 et qui a rendu ses conclusions en mars dernier. Ainsi, avec deux autres architectes français, la Montpelliéraine cotoient des Norvégiens, des Anglais, des Espagnols, des Croates, des Russes, des Belges, des Allemands, choisis parmi des centaines de candidats.

Archi#Déco#Design l'a rencontrée. Elle nous parle de ce prix.

18792e3b938791f4ca6020f314482251.jpg

La récompense, prestigieuse, est décernée par le « European Centre for Architecture Art Design and Urban Studies », en collaboration avec le Chicago Athenaeum, un musée américain. "J'ai présenté deux projets. Le premier, réalisé, est celui du bâtiment de la communauté de communes de la Vallée de l'Hérault, à Gignac. Le second est une étude réalisée dans le cadre d'un concours d'idées pour la grande bibliothèque de Prague", explique l'architecte.

e56abaf232c1193e1853e2699521df99.jpg
442196892fd8b5cd60587cc5c9887d64.jpg
63fb895b4a5c4d16e3f0c680dc52a396.jpg
Les bâtiments de la communauté de communes de la Vallée de l'Hérault, à Gignac
4913c877694f8c10ef620ff8ececeff1.jpg
Une proposition pour la bibliothèque de Prague
5029a4b9badaaf4df6d6d54d3918a665.jpg
Le troisième projet présenté est une étude pour l'Office HLM des Bouches-du-Rhône, le nom du projet étant "Loger les enfants du pays à Marseille".

Un choix qui s'imposait pour elle, tant le projet de Gignac, le parc Camalcé, lui tient à coeur. "On a proposé une architecture, avec une écriture contemporaine, avec des matériaux contemporains. C'est vrai que lors des premières réunions, les gens étaient surpris, mais le maître d'ouvrage a su nous aider et a porté le bâtiment jusqu'au bout", précise Elodie Nourrigat. Pas facile, en effet, de faire une proposition originale dans un lieu coincé entre un supermarché et un rond-point. "C'est un vrai problème que le traitement des entrées de ville et des zones d'activités. Notre idée était de faire en sorte que ce lieu utilisé la semaine le soit également le week-end. On a donc aménagé un parc, à l'arrière, avec une évocation du canal de Gignac. Les gens vont s'y promener, y pique-niquer. Et la grande salle de réunion sert maintenant aux associations, à des manifestations", confie l'architecte. Du zinc, du bois, des bâtiments aux lignes simples relevées par des bardages, voilà la recette choisie par le cabinet N+B pour cette commande. Et qui vaut donc à Elodie Nourrigat une belle récompense : "Mais l'architecture ne dépend pas que de l'architecte. Il faut un dialogue, important, avec le maître d'ouvrage." D'autant que pour Elodie Nourrigat, "ce bâtiment fait partie des réalisations importantes de l'agence". Le prix qu'elle vient de recevoir vient donc achever la consécration de son travail. "C'est une grande satisfaction, une grande joie. On va maintenant rajouter cela sur le CV ", confie l'architecte.

Et cela prouve, s'il en était vraiment besoin, que Montpellier et la région ont des architectes de talents, capables de rivaliser avec les meilleurs. "Sans vouloir faire du régionalisme, c'est vrai que c'est important aussi pour la région", conclut Elodie Nourrigat. Un peu pour dire qu'il n'y a pas qu'à Paris que l'on sait faire de l'architecture de qualité.

M. M.

____________________________


Les travaux des « 40 under 40 » donneront lieu à une exposition présentée à Chicago en juillet. Elle devrait ensuite venir en Europe.

Pour voir le travail du cabinet N+B, rendez-vous sur leur site ici.