Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29 avril 2010

Les Jardins de la Lironde, ou la cité jardin de Montpellier

Créer une sorte de grand jardin dans lequel les immeubles viendraient se fondre, émerger... C'est un peu l'esprit de la Zac (zone d'aménagement concerté) des Jardins de la Lironde, dans le périmètre de Port Marianne à Montpellier. La coordination de ce secteur a été confiée à Christian de Portzampac, le premier architecte français a avoir reçu le Pritzker price, Nobel de l'architecture.

 

plan lironde.jpg

 

Voilà rapidement les infos que donne le site de la Serm, qui pilote l'aménagement de la Zac.

Les Jardins de la Lironde sont l’exemple même d’un quartier où l’urbanisme épouse l’esprit des lieux pour favoriser le bien être et la convivialité. Les îlots formés d’immeubles encerclent une cour intérieure ombragée et sont eux encerclés d’espaces publics et privés inscrits dans la continuité paysagère. D’un îlot à l’autre, des enchaînements valorisent tantôt l’unité des ensembles, tantôt la discontinuité et le contraste laissant passer en permanence la lumière du sud au cœur des îlots par des angles largement ouverts entre les immeubles.

Liste des intervenants

Maître d’ouvrage :

Ville de Montpellier

Aménageur :

SERM

Architecte - Urbaniste - Coordonnateur:

Christian de Portzamparc

Paysagiste:

Michel Desvigne

Bureau d'Étude Technique :

Beterem Infrastructure, SIEE, BCEOM

Géomètre:

Cabinet Siragusa


Mot de l'architecte-urbaniste
« Le long du petit ruisseau de la Lironde, entre l'avenue Pierre Mendès France et l'avenue du Mondial 98, au cœur d'une remarquable végétation et d'essences paysagères très variées, est née la " cité jardin du XXIème siècle ". Ce quartier abrite des logements et bureaux tout en préservant la richesse naturelle du paysage... Les habitations sont regroupées sur des " îles construites " ou des îlots éloignés les uns des autres et entourés de végétation. Chaque îlot surplombant la nature environnante est formé d'immeubles bâtis autour d'une cour intérieure non fermée. Les cours ménageant ombre et soleil s’ouvrent largement vers l’extérieur. Tous les logements bénéficient d'une double orientation, soit avec vues rapprochées côté cour (intimité, fraicheur) soit avec vues plus lointaines vers le large panorama du site naturel. Les espaces libres sont publics et privés. Un parc public de 4 ha a été aménagé au centre du quartier. Sa superficie sera ultérieurement doublée. Il sert également de bassin de rétention pour contenir en cas de fortes pluies les eaux de la Lironde dont la coulée verte traverse le quartier du nord au sud. »

Christian de Portzamparc

Équipements publics du quartier
-
Ecole maternelle Michel de l’Hospital
-Ecole élémentaire André Malraux
-Lycée
-Complexe sportif Léon Cazal

Accès et transports
Le quartier des Jardins de la Lironde offre une desserte complète :
- 2 axes routiers majeurs de part et d’autres du quartier : l’avenue du Mondial 98 et l’avenue Pierre Mendès France
- La ligne de tramway n°1, arrêt « Millénaire »
- Un réseau de pistes cyclables sécurisé


Programme de l'opération
Un quartier de 40 ha destiné à accueillir  2000 logements dispersés sur 12 îles de 100 à 180 logements, 35 000 m2 d’immeubles de bureaux et activités, un parc urbain et des espaces libres représentant 65 % de la surface totale de l’opération.

Récemment, on a profité du beau temps pour aller y faire quelques photos. On les a mises en ligne dans un album que vous pouvez consulter ici.

 

 

31 mars 2010

Mandarin oriental, ou le luxe asiatique investit Barcelone

On ne l'a encore vu qu'en photos, mais on a hâte de pouvoir y faire un tour et pourquoi pas d'y séjourner. Le Mandarin Oriental de Barcelone vient d'ouvrir ses portes. Et comme a son habitude, le groupe chinois n'a pas lésiné pour son nouvel établissement. Ainsi, il a fait appel à un designer star en Espagne (et plus largement dans le monde d'ailleurs). C'est donc Patricia Urquiloa; la Madrilène installée à Milan, qui a pris son carnet à dessin et qui a réaménagé ce lieu. Beaucoup de blanc, des pointes de jaune ou de vert acide, un spa plongeant dans les abymes...

barcelona_03_atrium_sm.jpg
barcelona_04_entrance_catwalk_sm.jpg
barcelona_06_lobby_sm.jpg
barcelona_07_deluxe_room_sm.jpg
barcelona_10_mandarin_terrace_room_sm.jpg
barcelona_15_barcelona_suite_bathroom_sm.jpg
barcelona_13_terrace_suite_sm.jpg
barcelona_17_restaurant_blanc_sm.jpg
barcelona_19_restaurant_moments_sm.jpg


barcelona_29_spa-hammam_sm.jpg

barcelona_28_spa-indoor_pool_sm.jpg
barcelona_32_terrat_rooftop_terrace_sm.jpg


La designer a également joué sur les matières, les découpes, les pleins et les déliés... Situé sur le Passeig de Gràcia, l'une des artères les plus chics de la capitale catalane, le Mandarin oriental démontre une fois de plus la belle dynamique barcelonaise qui a su attirer à elle de grandes enseignes très prestigieuses. Et qui apportent toutes fraîcheur, luxe et innovation.
M. M.


_______________________

Comptez de 345 à 2300 € la nuit, selon que vous choisissez une chambre ou la suite la plus prestigieuse de l'établissement.
Réservations sur www.mandarinoriental.com

12 novembre 2008

La Défense, ou la quartier des tours... en crise

Cet été, lors d'un séjour à Paris, je suis allé faire un tour du côté de la Défense, pour y faire quelques photos. La crise n'était pas encore là. Et Jean Nouvel venait d'être désigné pour réaliser la tour Signal, futur emblême du renouveau du quartier d'affaires de la capitale.

Petit tour d'horizon...

defense11.jpg
Reconnaissable entre tous, on l'appelle La Grande Arche. Son vrai nom, Grande Arche de la Fraternité. Implantée au coeur du quartier, l'arche est une suite logique à l'axe Louvre - Arc de Triomphe - Défense. Le concours, lancé en 1983, a été remporté par l'architecte danois Johann Otto von Spreckelsen. Un bâtiment au dessin simple et qui prend toute son ampleur quand on se trouve sur le parvis. C'est aussi l'un des grands chantiers lancé par François Mitterrand durant son mandat.
defense3.jpg
defense2.jpg
defense4.jpg
Juste devant la Grande Arche, le Cnit, une immense voile de béton, sans mur porteur. C'est le premier bâtiment implanté dans le quartier d'affaires, dans les années 1950. Rénové dans les années 1980, il accueille désormais un palais des congrès.
defense5.jpg
defense15.jpg
defense17.jpg
La tour EDF, très fine, a été dessinée par Pei, l'architecte qui a également signé la Pyramide du Louvre. Comme une lame de rasoir, le gratte-ciel fend l'air parisien.
La balade se poursuit ensuite, en descendant vers Paris... Les tours de verre se succèdent.
defense6.jpg
defense7.jpg
defense8.jpg
defense9.jpg
defense10.jpg
defense12.jpg
Coeur Défense, plus grand ensemble de bureau d'Europe est actuelment en proie à la crise. Il a été acheté par Lehman Brothers, la banque américaine mise en faillite pendant l'été. Le bâtiment a été construit à l'emplacement de la tour Esso, un des plus anciens immeubles de la Défense. Ainsi va la vie du quartier. Un bâtiment en chasse souvent un autre.

defense13.jpg
defense14.jpg
defense16.jpg
defense24.jpg
defense18.jpg
defense19.jpg
Parfois, un tour au dessin plus vieillot apparait... Comme un témoignage du passé.

defense20.jpg

A d'autres endroits, c'est une oeuvre d'art qui apporte de la couleur à ce quartier plus dominé par les affaires, mais où de nombreux logements se trouvent aussi, ce que l'on sait moins !
defense21.jpg
Notre préférée, l'ancienne tour Nobel, conçue par Jean Prouvé, entre 1967 et 1969, avec les architectes Jean de Mailly et Jacques Depussé.  31 niveaux, 105 mètres de haut... et surtout une enveloppe de verre et de métal aux angles arrondis qui en font son originalité. Elle a été récemment rénovée. Et heureusement, cette particularité architecturale et technique a été préservée.
defense23.jpg

Le quartier est vaste, on ne vous propose qu'une petite sélection. On aurait aussi pu vous parler des Quatre-Temps, le centre commercial, ou encore de la station de métro et RER, immense...

Sachez qu'un espace muséographique se trouve sur le parvis. Gratuit, il est très bien documenté et dispose de nombreuses photos et plans pour mieux comprendre l'histoire de la Défense.

M. M.

07 octobre 2008

Le stade Yves-du-Manoir ou le nouveau temple du rugby à Montpellier

Bravo à Chantal (et à tous les autres) qui a reconnu le stade Yves-du-Manoir de Montpellier. Construit dans le nouveau quartier Ovalie, pour accueillir le Montpellier Hérault Rugby club, il a tout d'abord servi comme stade d'entraînement lors de la coupe du Monde 2007, dont certains matches se sont déroulés à la Mosson.

Ce stade, on le doit au cabinet A+ Architecture, un cabinet montpelliérain qui s'est déjà illustré avec le centre Europe du Sud de Dell, au Millénaire à Montpellier, l'immeuble Le Triade, sur l'avenue Pierre-Mendès-France toujours à Montpellier ou encore la maison de retraite de Cornillon. Quant aux stades, on peut dire qu'ils s'y connaissent aussi, puisque c'est A+ architectures qui a déjà signé l'agrandissement du stade de la Mosson, pour le Mondial 1998.

stade01.jpg
stade02.jpg
4ffd343d6f5dc19b4bcffa8e7bbb4edb.jpg
stade05.jpg
stade06.jpg
stade08.jpg
stade09.jpg
Photos M. M.

Ce que l'on retient de ce stade, ce sont ses lignes assez épurées, cette grande toiture blanche, très aérienne, qui de l'extérieur, donne l'impression d'un stade beaucoup plus grand que ce qu'il n'est en réalité. Avec 13 000 places assises, il n'est pas en reste cependant. Quant aux alentours, ils accueillent des stades d'entrainement et tout un complexe dédié aux écoles de rugby et à la préparation des joueurs. A l'avant, un parvis est surplombé par la fin de la toiture, fine lame blanche jetée au-dessus d'un espace vitré.

Et ce nouveau temple du rugby est au centre d'un nouveau quartier de Montpelllier dont nous reparlerons bientôt.Mais avant tout, c'est le lieu où s'illustrent la jeune garde de l'équipe de France, puisque trois Montpelliérains sont désormais régulièrement appelés chez les Bleus.

M. M.

stade yves du manoir photo Max Berrulier.jpg
Photo Max Berrulier - Midi Libre

21 avril 2008

La bambouseraie, ou un jardin zen source d'inspiration

C'est le printemps, l'occasion idéale d'aller faire un tour à la Bambouseraie de Prafrance, à Générargues, tout juste à côté d'Anduze. Deux bonnes raisons à cela. La première est que le site va être inscrit à l'inventaire supplémentaire des monuments historique. Il faut dire que le jardin a eu 150 ans, il y a deux ans, et est doté d'un patrimoine végétal unique.

Ensuite, le Vallon du Dragon est une création récente, mais qui a su conquérir le public. Tout l'art du jardin à la japonaise y est exposé. Arbres taillés en nuages, bosquets soigneusement agencés, ruban d'eau serpentant en harmonie avec de petits côteaux.

A se demander parfois si l'on est bien dans le Gard, et non entre Kyoto et Osaka. D'autant que les Cévennes, dans le fond, se marie avec bonheur avec cette création récente qui attire de plus en plus de visiteurs. Pourtant, malgré le monde, la balade est décontractée. Le doux bruissement de l'eau, le frémissement des bambous, sont autant d'invitations à la détente et au calme.

6934565b50708367cd90e52ffd2d3dc1.jpg
26a34ce580a70062d017e43c224d169e.jpg

Et puis les amateurs de jardinage pourront toujours trouver là une source d'inspiration pour imaginer leurs propres réalisations. Evidemement, il convient de redimensionner cela à la taille d'un jardin, mais toutes les recettes sont là, sous les yeux des passants.

 

ac90b998d322e1b672574d6ebb984784.jpg21b210b5123b3d500fadce4db4504d9a.jpg
0dc73c4d24f0fbb82906aa290b97cf18.jpg6df031f6fb52110a42ae26b5cfd76518.jpg
43f685c26702597f385bfaaad7b51468.jpg 
7d49eab3821858bd5f7e774cb34dd124.jpg
384114c19c72b30dae06af19e98d0bc7.jpg
Et pour terminer ce voyage au mieux, la Bambouseraie a tout prévu. D'abord dans son espace de vente, avec des plantes à foison.  Azalée, conifères, érables et bien entendu bambous... Et un peu plus haut, dans la boutique, de nombreux ouvrages sont consacrés aux jardins zen, au feng-shui et à la tradition japonaise. Sans oublier un ensemble d'objets de décoration. On a particulièrement aimé les bols et saladiers en bambous laqués.
Un petit tour du côté d'Anduze et c'est le dépaysement assuré.
M. M.
___________________________

Renseignements pratiques sur le site de la Bambouseraie.

07 avril 2008

Malbosc, ou une balade dans un nouveau quartier de Montpellier

f8430a1f8b8432cc16f2aa470409df63.jpg

Archi#Déco#Design vous propose une petite promenade en photos dans le quartier Malbosc de Montpellier, situé entre le château d'ô, le parc Euromédecine et le quartier Mosson, il est longé par la ligne 1 du tramway. Il est encore en plein chantier.

b2132e3310847232b241344abe37c809.jpg 94919417a54740cf7ca4b1ba47c2b068.jpg
"Le projet s'inscrit comme une déclinaison du thème du parc dans les différentes parties du quartier, déclinaison réactive aux identités locales, typographiques et paysagères s'adaptant à la mémoire des lieux. Dans ce nouveau quartier, l'idée de nature est dominante, "un quartier dans un parc", mais aussi celle des identités locales que produisent des lieux dits intimistes et adaptés aux différents types d'habitat. On passe de l'échelle du parc "public" à celle du jardin plus "privé".

François KERN, architecte en charge du projet
b697b5a3cb1b3699557c221be877ecd3.jpg
8cbea2b59c154dbbea22369c8395c5d8.jpg
a60c80e22dc21c3236daeb3a42aa54be.jpg
c4cc005ff3708f9bd8721d7974ff5759.jpg
 
956b1d47b07303a65d4dcfed1a7703ce.jpg
 Voici les indications fournies sur le site internet de la mairie de Montpellier concernant ce nouveau quartier : "Le quartier Malbosc se situe au nord-ouest de Montpellier, imbriqué avec le parc Euromédecine et à proximité du domaine historique du Château d'O. A flanc de coteau par rapport à la route de Grabels, il est bordé d'espaces boisés et jouxte le futur parc Malbosc d'une surface de 38 hectares. De ce fait, le quartier Malbosc est organisé en fonction de la richesse naturelle, avec ses vignes et ses vergers, de son relief et de ses espaces verts. Sa conception s'appuie sur l'idée de nature dominante et la combinaison de différents aménagements paysagers à différents types d'habitat : habitats individuels, collectifs et maisons de ville. L’ensemble du site est organisé autour d’une place centrale qui a pour vocation d'accueillir les services (station de tramway, commerces, équipement scolaire…) et d'offrir la convivialité d'un lieu à l'entrée du quartier, grâce à la présence des grands pins. A partir de cette grande place, l'urbanisation s'adapte aux caprices du relief : des immeubles collectifs à l'habitat individuel en passant par des maisons individuelles superposées, en terrasse à flanc de pente. Les immeubles les plus hauts sont implantés en partie basse du site alors qu'en lisière du parc, sur le plateau, se développe l'habitat individuel."
8ef087e8931d15436712068034c38ba0.jpg
dc93933a3b05293d4c89c142190b160d.jpg
9ac641d21ae3be816ef51b7cd7404cf2.jpg
Les deux écoles (ci dessus et ci dessous) Marguerite-Yourcenar et François-Mitterrand. Une troisième (François-Rabelais) a ouvert ses portes il y a peu, pour faire face à l'afflux de population dans le quartier. Et suivre la croissance démographique de Montpellier.
51b75756496eff6724bee14372a2963f.jpg
d24d73f31c3741056f242c34330f1807.jpg
Le quartier est en constante évolution, et tous les jours, de nouveaux immeubles sortent de terre. Allez y faire un petit tour, pour vous donner une idée de ce nouveau quartier. Récemment, un parc, dont les arbres sont encore petits, a été inauguré. Un refuge de verdure au milieu des grues.
M. M. 
___________________________
Retrouvez les images de cette balade dans cet album

23 janvier 2008

Barcelona city highlights

2d164b60b5402c5a700dd472970b27b4.jpg
On connaît tout ou presque de la bouillonnante capitale de la Catalogne. Barcelone, cette ville lumière, à l'activité débordante, et qui, en quelques années, a su se faire une renommée internationale. Entre temps, les Jeux olympiques sont passés par là et ont transformé l'ancien port vieillissant en une ville moderne et dynamique.

Quand on s'y rend pour passer quelques jours de vacances, on dispose tous des traditionnels guides. Mais pour avoir un regard un peu différent, et très axé sur l'architecture, on se tournera sur le "Barcelona, city highlights", aux éditions teNeues. Dans ce petit ouvrage richement illustré, le lecteur trouvera de nombreuses idées de promenades, de visites, de rencontres. Ce qu'il faut voir, les grands musées, mais aussi où il faut être vu, restaurants ou bars, boutiques branchées. Une sélection d'hôtels permet aussi de faire de cet ouvrage un guide à part entière.

M. M.

________________________________

"Barcelona, city highlights" - Editions teNeues - 160 pages - 14,90 €

20 novembre 2007

Design contre design, ou l'expo événement de l'hiver

"Design contre design propose de confronter des objets et des meubles de l’environnement domestique de la révolution industrielle à nos jours. Plutôt que de raconter une chronologie aujourd’hui trop complexe, elle met en parallèle, juxtapose, propose des courts circuits dans le temps destinés à créer la surprise et des dialogues entre les choses. Dialogue mis en valeur par es essais du catalogue, tous transversaux : design et l’art, la mode, l’architecture, le cinéma, la bande dessinée, l’humour, le roman."

 9c623add66cd99f537f0f89987d7efd8.jpg

Montage de 2 pièces de mobilier  André Groult et Marc Newson Chiffonnier anthropomorphe, 1925  Musée des Arts Décoratifs, Paris © Succession André Groult / Adagp, Paris 2007 / Marc Newson, Pod of drawers, 1987 – Galerie Kréo, Paris. © Courtesy Galerie Kréo - Marc Newson 2007

 

Elle est idéale pour s'initier au design. Elle, c'est l'exposition "Design contre design", qui se déroule jusqu'au 7 janvier, aux galeries nationales du Grand Palais, à Paris. Surtout que sa conception surprend. Le visiteur pourrait s'attendre à une progression chronologique, afin d'appréhender au mieux l'évolution du design à travers le temps. Le visiteur restera sur sa faim. La mise en scène privilégie ce qui inspire le design. Je me suis attardé sur la partie consacrée aux animaux et aux végétaux. On y est accueilli par l'imposant "chat polymorphe", de François-Xavier et Claude Lalanne (1968). Et l'on découvre au fil des vitrines ou des parterres d'exposition différentes oeuvres, tout aussi surprenantes. Comme le banc monumental de Zaha Hadid.

Au fil du parcours, le visiteur découvre un peu mieux, appréhende au plus près les subtilités du design. Sans se prendre la tête. C'est bien là tout l'intérêt de cette exposition. Le voyage se termine par une jolie surprise, que l'on doit à Verner Panton. Où l'on explore de l'intérieur toute l'ingéniosité du design. Avec en plus, comme un voyage proposé par Stanley Kubrick.

777ed4056a3f3dfa5be97d57d263a941.jpg

Bar François-Xavier Lalanne, 1968 Armature d'acier, bois, tôle de laiton 204 x 350 x 60 cm  Collection Shahram Riahi, Paris

51597622aad92723a4a253182df4d496.jpg

Banc Iceberg Zaha Hadid, 2003 Bois laminé, micro-feuilles d’aluminium, laqué à feu
208 x 268 x 200 cm Edition Sawaya & Moroni, Milan ; Edition de 9 exemplaires ; Galerie Ammann, Cologne
© Manufacturer Sawaya & Moroni, Milan, Italy – Anke Bornemann + Harald Seick

Au final, on regrette presque que l'exposition se termine si rapidement. Un petit détour s'impose également du côté de la boutique, où une belle sélection d'ouvrages permet de terminer agréablement la visite. Tout comme quelques petits objets. A ne pas manquer, donc, si vous passez à Paris pour les fêtes de fin d'année.

M. M.

___________________________

Ouvert tous les jours sauf le mardi. Fermé le 25 décembre et le 1er janvier. De 10 h à 20 h (22 h les mercredis et vendredis). Plein tarif : 10 €. Accès métro Franklin-Roosevelt ou Champs-Elysées Clemenceau.

24 août 2007

Le Saint-Laurent, ou un hôtel au charme baroque

medium_STLAURENT21.jpg

C'est une histoire d'amour pour les vieilles pierres qui a poussé Christophe Bricaud et Thierry Lelong a quitter le calme d'une situation aisée près de Lyon, pour racheter l'hôtel Le Saint-Laurent, à Saint-Laurent-des-Arbres (Gard). Un petit établissement, qui compte une dizaine de chambres. Lorsqu'ils en ont pris possession, en plein hiver 2004, ils ont décidé de faire table rase du passé. Tous les meubles ont disparu, emportés par une noria de camions. D'importants aménagements ont également été réalisés, avec une nouvelle entrée, la construction d'une piscine, l'installation d'une nouvelle salle de petit-déjeuner. Tout en mettant en valeur les voutes de pierres, qui font le charme de la bâtisse.

medium_STLAURENT08.3.jpg
medium_STLAURENT26.jpg

Mais ce qui fait surtout le particularisme de cet établissement au charme baroque, c'est sa décoration. Christophe Bricaud avait tout planifié. Si bien que lorsque l'ancien mobilier a disparu, il a rapidement été remplacé par les acquisitions qu'ont réalisé les deux hommes, au gré des brocantes et des vide-greniers. Une véritable passion pour eux. Depuis, l'hôtel a pris son envol et a su séduire une clientèle, française et étrangère, charmée par son calme chic et baroque. Tentures de velours, tissus épais, couleurs chaudes sont les bases. Vient ensuite un assemblage d'objets hétéroclites qui cotoient des livres anciens, des vases aux couleurs flamboyantes."Nous voulions faire de la réception un endroit magique", raconte Christophe Bricaud. C'est ainsi que les hôtes sont accueillis par un superbe portait de Noé, le labrodor de la maison, en grande tenue !

medium_STLAURENT10.2.jpg

Rien de provencal, donc, dans la décoration, c'est pleinement assumé par les propriétaires. "On voulait absolument qu'il y ait une âme, des choses authentiques. Il fallait que ce soit une construction", poursuit le propriétaire. Les livres aux couvertures de cuir pâtiné par les ans rivalisent avec des beaux verres ou des lampes aux pampilles flamboyantes. Tout n'est pas pourtant pas ancien, on trouve des répliques d'objets du XIXe, mais rien ne fait toc. C'est un savoureux mélange, à découvrir lors d'une escapade en amoureux.

M. M.

Photos Mikaël ANISSET

medium_STLAURENT13.2.jpg

medium_STLAURENT14.jpg

___________________

 

Hôtel Le Saint-Laurent, place de l'Arbre, 30126 Saint-Laurent-des-Arbres

www.lesaintlaurent.biz

04 66 50 14 14

 

26 juillet 2007

Le portrait animalier, ou l'art de détourner les classiques

Avoir une photo de son chien ou de son chat, c'est désormais... dépassé. Rien n'est plus original que posséder une toile sur laquelle s'affiche la trombine de Rex, Medor ou Mistigri. C'est ce que propose un jeune peintre du Gard, Noé Roussel. Issu d'une famille d'artistes, le jeune homme s'est installé, avec sa compagne Alexandra, à Verfeuil, entre Bagnols-sur-Cèze et Alès. Tous deux se sont rencontrés lors de leur formation en restauration de tableaux.

Noé a toujours peint des animaux. Ses premières toiles mettent en scène deux vaches, portant costumes, sur un ciel sombre. On trouve aussi un blaireau en tenue de laquet ou un fennec en veste. Des portraits surpenants, qui intriguent. Et ne laissent pas indifférent.

 

medium_MA070724E16.jpg

 

A côté de son activité de restauration de tableaux et de cadres, Noé a donc poursuivi sur la lancée animalière et réalise, sur commande, des portraits d'animaux. Aux propriétaires, il propose le style qu'il a envie de donner à l'oeuvre. A eux de choisir s'ils veulent emprunter cette voie ou rester dans le classicisme académique.

 

medium_MA070724E17.jpg

 

Et franchement, le résultat est bluffant. Un cocker qui revêt les robes d'une infante de Vélasquez, c'est tout simplement génial. L'idée n'est pas nouvelle, et il y a quelque temps que l'on pouvait découvrir ce type de portrait animalier dans les magazines de décoration. La nouveauté, ici, c'est que c'est assez accessible. Il faut compter entre 150 et 300 euros pour avoir un portrait inédit de son animal préféré.

M. M.

Photos Mikaël ANISSET 

____________________________

Noé Roussel, Rondeur des jours, 30630 Verfeuil. 04 66 72 91 37.

www.portrait-peinture.com