Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29 octobre 2009

Un temple du design à Montpellier, ou une future réalisation de Jean Nouvel

Un temple du design signé Jean Nouvel


Image3.jpg


MONTPELLIER

C’est un lieu unique en France qui ouvrira à Montpellier en 2011. Signé par l’architecte star Jean Nouvel. Et dû à la volonté et au désir d’un homme, Franck Argentin, le patron de RBC, les magasins de meubles design que l’on trouve à Montpellier, Nîmes, Avignon et Gallargues-le-Montueux


Image4.jpg

SITUÉ SUR L’AVENUE Raymond-Dugrand, le nouveau temple du design s’inspire d’un concept que Franck Argentin a découvert en Europe du Nord. « Ça me travaille depuis dix ans. J’avais vu ça dans les pays nordiques et cela n’existait pas en France, explique Franck Argentin. Au départ, je souhaitais m’installer en centre-ville, près du musée Fabre, mais je n’ai jamais trouvé les surfaces nécessaires. Alors la Serm (société d’équipement de la région de Montpellier) m’a proposé le nouveau quartier, sur le parvis de la nouvelle mairie. Mais là, les candidats pour l’hôtel voulait un rez-de-chaussée. La Serm m’a alors proposé Port Marianne, où s’installera à terme le musée d’art contemporain. »

L’emplacement choisi, restait à trouver l’architecte pour le projet. Car RBC a toujours su faire appel à de grands noms pour signer ses show-rooms : Philippe Starck à Nîmes, Antonio Citerio et Piero Lissoni pour les deux magasins de Montpellier ou Christophe Pillet à Avignon. Mais le choix a été rapide... « J’avais toujours dit que si je devais construire un magasin, j’aimerais que ce soit Jean Nouvel, se souvient le patron de RBC. Je lui avais confié le magasin de Nîmes, pour une exposition de ses réalisations en tant que designer. On est devenus amis. En janvier 2008, je lui ai dit que j’avais trouvé un lieu. Il m’a dit oui ! » Et c’est ainsi que l’an dernier, Jean Nouvel imagine ce nouvel espace. « Il m’en a parlé pendant une heure, sans rien me montrer. J’ai dit oui à tout... », raconte Franck Argentin.

Concrètement, les travaux démarreront en avril 2010 pour s’achever en septembre 2011, quelques semaines avant la ligne 3 du tramway. Ce sera donc un lieu de vie, de passage, de découverte. « Ce que l’on souhaite, c’est que les gens viennent pour manger une salade, acheter un livre, se renseigner, passer un moment sans rien acheter », précise Franck Argentin, avec l’ambition de dépasser les frontières. Un sacré pari à Montpellier, alors qu’à Paris, on lui tendait les bras pour réaliser ce projet. « Un pari pour une ville qui bouge, mais un pari mesuré... »

Martin MOREAU



« Un lieu de rencontre dans la ville »

Jean Nouvel.jpgNémausus à Nîmes, le nouvel hôtel de ville de Montpellier. Le sud de la France et plus particulièrement la région, Jean Nouvel, en fidèle de la feria de Nîmes, connaît. Et s’il a accepté le projet de son ami Franck Argentin, c’est qu’il a trouvé là « un très beau programme ». « Franck expose toujours des designers de haut niveau, je connais la qualité de ses magasins et de ses manifestations », raconte l’architecte, Priztker price l’an dernier, soit le Nobel de l’architecture. « Ce bâtiment doit être attractif, un lieu de rencontre dans la ville. Ce qui est intéressant, c’est le mélange des genres. Avec un restaurant, une librairie… », explique Jean Nouvel. Il a donc conçu l’immeuble « comme un grand espace, un hangar, avec différents plateaux, comme des étagères avec des objets posés dessus : les meubles. Et l’on pourra aller d’une étagère à l’autre grâce à des escaliers ».

Et la structure se verra aussi depuis l’extérieur. « Ces espèces de grandes planches vont d’un bout à l’autre du bâtiment, sans interruption. On les retrouve à la verticale, sur les façades. Avec quelques lettres et des mots, qui font la transition entre elles. Ces lettres forment des ouvertures dans la façade », poursuit Jean Nouvel. Pourquoi ces mots, qu’il a lui-même choisis ? « Parce qu’ils correspondent à la vocation du bâtiment », répond-il. Et quand on le taquine sur le fait qu’il s’approprie, après l’hôtel de ville et la zone d’aménagement qui l’entoure (réalisée en partenariat avec François Fontès), un nouveau quartier, il tempère : « Non, mais j’aime bien l’idée d’avoir un contrepoint à l’hôtel de ville, de l’autre côté, un point d’animation, de mélange, de rencontres… » Quant à Franck Argentin, il espère pouvoir faire réaliser le mobilier du restaurant par Jean Nouvel… La suite de l’aventure ?


A la lumière, Yann Kersalé

YannKersalé.JPG

Les Montpelliérains connaissent bien Yann Kersalé pour son travail sur les Arceaux et la Comédie. Il va signer la mise en lumière du "Design center". Le plasticien, qui a l’habitude de travailler avec Jean Nouvel, réalisera « une vraie fausse enseigne poétique ». « C’est un lieu de pulsions, il y aura des rythmes et des tempos, avec des variations de couleurs pour faire ressortir la vie du lieu », explique l’artiste. Une nouvelle réalisation, non loin de l’hôtel de ville, qu’il illumine également. « Si ça continue, je vais m’installer à Montpellier ! Une ville jeune et dynamique, j’adore ça… J’y reçois toujours un très bon accueil », plaisante Yann Kersalé.




AUX FOURNEAUX

Nicolas LE BEC, Cuisinier 2 étoiles Michelin

« Une cuisine de métissage »

Pourquoi vous lancez-vous dans ce projet ?

Avec Franck Argentin, on s’est retrouvés entre deux passionnés, avec les mêmes envies. Et puis il y a le projet de Jean Nouvel.

Quel est le concept ?

Je conçois mes restaurants en fonction des lieux. Là, il y a un côté décalé et précieux à la fois, avec le mobilier. Ce sera une cuisine de produits, de tous les jours. Rien de compliqué, mais une cuisine de métissage.

Content de revenir à Montpellier, après votre passage au Jardin des Sens ?

Par respect, j’ai demandé à Jacques Pourcel si ça ne le dérangeait pas. Il m’a dit qu’il n’y avait pas de problème. Et Montpellier, comme Lyon, est une ville qui bouge, avec de nouveaux quartiers, de grands architectes… une ville qui donne envie d’avancer.

Meubles, luminaires, cuisines, objets, restaurant et librairie spécialisée

rbc resto.jpg


Outre la gamme de mobilier dont RBC est un spécialiste, et le restaurant, on trouvera également dans le futur "Design center" une boutique dédiée à l’objet, un peu à l’image de ce que fait la Parisienne Colette, toujours à la pointe de l’avant-garde. On pourra également se faire conseiller par un light-designer. Sur la base de plans, celui-ci déterminera quelles sont les meilleures implantations pour éclairer au mieux son intérieur ou son extérieur. C’est la première fois que ce service sera proposé aux particuliers.

RBC développera également un rayon cuisines, un domaine qu’elle n’a pas encore exploré mais pour lequel la demande est très forte. Enfin, un espace sera consacré à une petite librairie, dédiée à l’architecture et au design. Pour feuilleter, s’inspirer, rêver. Car c’est également l’un des objectifs du "Design center".


05.jpg


27 octobre 2009

2004-2009 ou le portrait récent de l'architecture catalane

cata Campus_Audiovisual.jpg

Autour de la bouillonnante Barcelone, la Catalogne change. Et ses architectes n'y sont pas pour rien. Intéressante donc, l'exposition que propose actuellement la cité de l'Architecture et du Patrimoine, à Paris, proposant de retracer sur une courte période, de 2004 à 2009, l'évolution de l'architecture catalane.

cata OMm.jpg

Autour des thèmes du Vide, des Continuités, des limites, des paysages, des nouvelles identités, et des collectivités, sans oublier le renouveau des façades de l'Eixample, le centre de Barcelone, l'exposition invite à un voyage dans la création récente en Catalogne Sud. Et à s'interroger sur la notion d'architecture catalane. Sans trop préjuger, dans une région marquée par Antonio Gaudi, difficile de croire qu'il n'existe pas une école de l'architecture catalane.

cata OFICINAS_RUBI.jpg

Comment, face à l'évolution de la ville, d'un territoire sans cesse remodelé, de la crise immobilière qui frappe durement l'Espagne, les architectes ont-ils réagi ? Quelles sont leurs réponses face à un patrimoine important, où l'Histoire a laissé de grandes marques ? Comment ont-ils appréhendé la profonde mutation de Barcelone, notamment depuis les Jeux Olympiques ? Autant de questions qui trouvent leurs réponses dans l'exposition proposée par l'ordre des architectes catalans.

cata AIRE.jpg

A noter qu'à l'occasion de cette exposition, la parution d'un très beau catalogue regroupant de nombreuses photos des dernières réalisations à Barcelone et dans ses environs. Une jolie compilation de ce que les architectes catalans sont capables de proposer. Et une manière aussi de répondre à la question de l'identité.

M. M.

cata Recerca_biomedica.jpg

_____________________

ARCHITECTURE CATALANE 2004-2009 Portrait d’époque
7 octobre 2009 au 10 janvier 2010

Cité de l’architecture et du patrimoine Galerie d’actualité – entrée libre
7 avenue Albert de Mun  75116 Paris
Tlj de 11h à 19h, jeudi nocturne jusqu’à 21h, fermé le mardi. Rens. 01 58 51 52 00

17 octobre 2009

Jean-Pierre Duval, ou le prix de l'architecture 2009 en Languedoc-Roussillon

"Diffuser une architecture de qualité", telle est l'ambition affichée par Bérangère Rodrigues de Sa, lorsqu'elle parle du Prix de l'architecture de l'Ordre des architectes du Languedoc-Roussillon, dont elle est la présidente. A l'occasion de la remise des prix, qui s'est déroulée la semaine dernière à l'école d'archi de Montpellier, elle a rappelé que pour "cette deuxième édition, ce sont 80 candidats qui ont présenté un dossier", soit un nombre en augmentation par rapport à l'an dernier. Un prix qui a aussi pour vocation "à faire de la publicité pour les petits cabinets, pas toujours à la pointe de l'actualité".

Le prix 2009 avait pour thème la réhabilitation et le jury, placé sous la présidence de Bernard Desmoulins, a désigné Jean-Pierre Duval, pour la Maison de l'eau d'Allègre-les-Fumades, dans le Gard. "Nous avons fait un travail de mémoire,  c'est un bâtiment qui a une histoire, une activité. Nous sommes venus le perturber, pour lui donner une autre valeur. Nous lui avons apporté de nouveaux usages, de nouvelles formes. Allègre, c'est un milieu très rural, très dispersé. L'ancienne cave était au centre du village, il fallait préserver cette histoire, cette identité, cette mémoire", a explique Jean-Pierre Duval, en recevant le prix. 

On vous laisse découvrir en image cette jolie réalisation, qui est venue donner à ce petit village un nouveau lieu, à la fois mairie, salle polyvalente, espace muséographique. 

maison de l'eau nuit.jpgmaison de l'eau jour 1.jpgmaison de l'eauv inter.jpg 
maison de l'eau jour 2.jpg

Dans un prochain post, nous vous ferons découvrir les trois mentions de ce Prix 2009 :

  • L'extension de la mairie de Cazevieille, par l'atelier Archiéco
  • La maison blanche à Collorgues, par Irène Martin
  • La mairie et médiathèque de Saint-Chinian, par l'atelier Emmanuel Nebout

M. M.

14 octobre 2009

Une conférence à l'école d'archi, ou Montpellier au centre des débats

Dans le cadre de son cycle de conférence sur Montpellier et son territoire, l'école d'architecture de Montpellier, propose, demain jeudi 15 octobre, une rencontre très intéressante. D'un côté, Raymond Dugrand, ancien adjoint de Georges Frêche, avec qui il a bâti le Montpellier d'aujoud'hui. De l'autre, Philippe Saurel, actuel adjoint à l'urbanisme d'Hélène Mandroux et qui a en charge le développement du Montpellier de demain.

C'est ainsi la 2e conférence de ce cycle. Rappelons qu'il avait été lancé par une conférence de Georges Frêche, sur le thème "Faire la ville", en avril dernier.

conférence
cycle Montpellier, territoire de projets

 

cycleSaurelDugrandsite.jpg

 

30 ans d'urbanisme
la construction de la ville durable par Raymond Dugrand et Philippe Saurel

> jeudi 15 octobre 2009 / 18h, dans l'amphithéâtre de l'Ensam, 179 rue de l'Espérou, à Montpellier

 

23 septembre 2009

Un colloque d'architecture au Centre Pompidou sur le futur des métropoles

pompidou.jpg

Vingt architectes internationaux dont Rem  Koolhaas, Thom Mayne ou Dominique Perrault, participent les 1er et 2 octobre au  Centre Pompidou à Paris à un colloque sur le "devenir des métropoles", dans la  lignée des réflexions sur le Grand Paris, ont annoncé les organisateurs.  Ce colloque international, à l'initiative du ministère de la Culture et intitulé "L'enjeu capital(es) - Les métropoles de la grande échelle - Les  rendez-vous du grand Paris", réunira vingt architectes parmi lesquels des  théoriciens renommés, des figures confirmées et des architectes plus  jeunes.

Le colloque prendra la forme de quatre tables-rondes avec notamment les  Américains Peter Eisenman, James Wines et Thom Mayne, lauréat du prestigieux  Pritzker Prize en 2005, le Suisse Bernard Tschumi, le Néerlandais Rem Koolhaas,  le Japonais Kengo Kuma, le Français Dominique Perrault ou l'Italien Andrea  Branzi.

La ville et son histoire, l'écologie, la ville en mutation ou le "désordre productif" seront les grands thèmes abordés par ces deux jours de  débats, destinés à "alimenter la réflexion" déjà engagée sur le Grand Paris à travers les projets présentés par dix équipes d'architectes, a précisé le ministère.  Les débats seront retransmis sur internet (metropoles.centrepompidou.fr) et dans les 22 écoles d'architecture en France. Un ouvrage, "L'enjeu capital(es)", avec les contributions des invités et d'une cinquantaine d'autres architectes, est également publié à cette occasion.

Certains des architectes invités, peu connus du grand public mais renommés dans la profession, sont à l'origine de réflexions quelquefois anciennes sur des questions qui se posent de manière aiguë aujourd'hui, telles que "l'architecture verte", la notion de territoire ou la mégalopole, a précisé Frédéric Migayrou qui organise le colloque pour le Centre.

AFP

27 avril 2009

Montpellier, ou le thème d'un cycle de conférences à l'école d'architecture

Un nouveau cycle de conférence s'ouvre à l'Ensam... Il a pour thème Montpellier. Première conférence, mardi  à 18 h, dans le grand amphi de l'école, avec Georges Frêche. L'ancien maire de Montpellier viendra parler du développement de  la ville depuis les 40 dernières années. Et probablement des ambitions pour le futur de l'agglomération qu'il préside désormais.

Gilles Cusy, le nouveau directeur, veut, avec ce cycle de conférence, ouvrir un peu plus l'école d'archi de Montpellier sur le territoire qui l'entoure. Rien de plus normal donc que de parler de Montpellier lors de conférences, ouverte au grand public. On parle de Montpellier aux Montpelliérains et on leur fait découvrir leur école d'archi. Voilà résumé rapidement l'esprit de ce cycle de conférences.

carton freche.jpg

Dans le futur, d'autres suivront, avec notamment Philippe Saurel, l'actuel adjoint à l'urbanisme et Raymond Dugrand, élu lors des premiers mandats de Georges Frêche et qui est considéré comme le penseur de ce Montpellier moderne.

 

11 mars 2009

Salon de l'immobilier, ou les archis vous répondent

Ce week-end se déroule le salon de l'immobilier de Montpellier, au Corum. L'occasion de faire le point sur l'état du marché, en pleine crise.

L'occasion aussi d'assister à une conférence organisée par le conseil de l'ordre dees architectes du Languedoc-Roussillon, le samedi 14 mars à 16h au Corum de Montpellier.

Le thème : ARCHITECTURE ET ENERGIE, la maison individuelle

conference archi.jpg

Les conférenciers invités sont :
·   Sébastien Sauvaget, troisième lauréat du Prix d'architecture du Languedoc-Roussillon, architecte d'une maison de ville construite sur une parcelle de 65 m2
·   Atelier d'architecture Archiéco, pour le concept des maisons en bois Dhomino®
·   L'Agence locale de l'énergie de Montpellier

Sébastien Sauvaget
Jeune architecte, Sébastien Sauvaget est 3e lauréat du Prix d'architecture du Languedoc-Roussillon 2008 portant sur le logement individuel contemporain. Il a conçu une maison au cœur de la ville historique d'Elne (66), sur un terrain vacant, une parcelle enclavée au bout d'une impasse. Il en résulte pourtant une habitation d'une écriture contemporaine qui crée un dialogue avec son environnement, notamment par les teintes et les matériaux utilisés, qui font référence à la culture locale.

Atelier d'architecture Archiéco
L'Atelier d'architecture Archiéco est une jeune société fondée par deux architectes – Alexandre Busch et Stéphanie Carré – installée à Grabels (34). Avec une équipe d'ingénieurs, les architectes ont développé le concept Dhomino®, des bâtiments évolutifs, écologiques et économiques. Dhomino® s appuie sur une conception innovante et originale de modules en trois dimensions, préfabriqués, en ossature bois et d'un gabarit permettant un transport routier aisé.

Agence locale de l'énergie Montpellier (ALE)
L'ALE vous accompagne dans vos projets de construction, équipements économes, isolation, chauffage : conseils personnalisés, diagnostics, animations, documentation, etc. Son représentant présentera les grandes étapes d'un projet, les matériaux, leurs performances, le confort hiver/été, les énergies renouvelables, leur financement et les crédits d'impôt disponibles.

26 février 2009

Gilles Cusy, nouveau directeur de l'école d'architecture de Montpellier : « Confronter l’architecture au patrimoine »

L’école d’architecture de Montpellier, Gilles Cusy la connaît bien, pour y avoir appris son métier. Entré en 1976, il est diplômé en 1983.  Vacataire, il est ensuite nommé enseignant à Saint-Etienne, avant d’y revenir. Il en deviendra président du conseil d’administration, puis  responsable des études. Et désormais, il en est le directeur. Rencontre.

 

photo giles cusy.jpg


Quel est le rôle du directeur de l’école d'archi ?

Il est chargé de rapporter à l’école les grandes orientations que souhaite la direction de l’architecture (le ministère de la Culture, autorité de tutelle de l’école), vérifie que les orientations prises par le conseil d’administration sont conformes à la politique du ministère. En fait, je dois  faire en sorte que les choses fonctionnent dans une machine qui peut vite se griper.


Il était important qu’un architecte qui exerce ce rôle ?

C’est un avantage. Lors des négociations, cela donne peut-être au directeur un peu plus de crédit.


Quels sont vos premiers dossiers ?

Je vais faire en sorte que le dossier de l’habilitation soit constitué de la manière la plus pertinente. Ce dossier définit la politique pédagogique  de l’école pour quatre ans. Ce que je souhaite aussi, c’est ouvrir les relations de l’école avec le monde extérieur. J’ai un peu l'impression que nous sommes coupés du territoire régional. J’ai envie de donner de la visibilité à l’école dans la ville, de mettre les étudiants au contact des  réalités régionales. Le danger qui nous guette, c’est de nous refermer sur nous même.


Vous avez déjà des idées en ce sens ?

J’aimerais que l’école soit le maître d’oeuvre d’une grande exposition sur l’architecture d’aujourd’hui dans un grand territoire régional,  probablement le nord du bassin méditerranéen, en posant une question : "Est-ce qu’il existe des spécificités, une identité de l’arc méditerranéen ?"

Quelle est la particularité de l'école de Montpellier ?

Nous sommes dans une ville qui est un vrai laboratoire d’observation du phénomène de l’étalement urbain. Et nous sommes également au  coeur d’un patrimoine du XXe siècle, avec La Grande-Motte, La Paillade... Etudier ces questions n’a de sens que si on confronte l’histoire de  l’architecture à son patrimoine.


Quel est le positionnement de l’école, au milieu des universités montpelliéraines ?

Elle a la légitimité pour délivrer un master d'architecture, mais aussi la légitimité à construire d'autres enseignements, sur des questions techniques, dans ses murs, sur son propre label, en partenariat. Cela correspond à un double objectif : offrir la possibilité à nos étudiants de se réorienter, mais aussi donner un cursus avec double compétence : architecture et urbanisme ou architecture et ingéniérie... La réforme LMD nous en donne la possibilité. Le métier d'architecte a profondément muté ces dernières années.


Recueilli par Martin MOREAU

________________________


A découvrir

Une journée portes ouvertes est organisée le 7 mars. L’occasion pour les futurs bacheliers de découvrir les locaux, rue de l’Espérou à  Montpellier, mais également les formations. Les dossiers d’inscriptions sont à retirer jusqu’au 3 avril. Et les épreuves d’admission se dérouleront le 16 mai.

12 février 2009

Franck Gehry expose ses estampes

L'un des plus grands architectes vivants de ce siècle expose à Paris jusqu'au 7 mars. Franck Gehry présente une série d'estampes à la galerie Lelong. Des dessins d'apparences brouillonnes devenues des oeuvres architecturales uniques comme le musée Guggenheim de Bilbao ou la fondation Vuitton à Paris.

C.U.

____________________

Jusqu'au 7 mars. Galerie Lelong, 13, rue de Téhéran, 75008 Paris.Tél. 01 45 63 13 19. Du mardi au vendredi de 16 h 30 à 18 h et le samedi  de 14 h à 18 h 30.

09 février 2009

De jeunes archi en promo, ou la maison de l'architecture du Languedoc Roussillon lance les débats

Avec une nouvelle équipe à sa tête, la Maison de l'Architecture du Languedoc-Roussillon ne manque pas d'idées. Après l'exposition sur les Najap, dont on vous a parlé ici, voici que s'annonce une rencontre débat, réservée initialiement aux seuls membres de l'association.

 

malr rencontre.jpg

Cependant, si vous êtes intéressés à l'idée de rencontrer quatre jeunes agences d'architectes de la région autour d'un repas sympa, contactez la MALR. C'est jeudi 12 février que se déroule cette action, qui a pour but de montrer le dynanisme de nos jeunes talents locaux.

M. M.

___________________

Contact : MALR 1 Place Paul Bec, 34 000 Montpellier -  04 67 73 18 18.