Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

07 octobre 2008

Le stade Yves-du-Manoir ou le nouveau temple du rugby à Montpellier

Bravo à Chantal (et à tous les autres) qui a reconnu le stade Yves-du-Manoir de Montpellier. Construit dans le nouveau quartier Ovalie, pour accueillir le Montpellier Hérault Rugby club, il a tout d'abord servi comme stade d'entraînement lors de la coupe du Monde 2007, dont certains matches se sont déroulés à la Mosson.

Ce stade, on le doit au cabinet A+ Architecture, un cabinet montpelliérain qui s'est déjà illustré avec le centre Europe du Sud de Dell, au Millénaire à Montpellier, l'immeuble Le Triade, sur l'avenue Pierre-Mendès-France toujours à Montpellier ou encore la maison de retraite de Cornillon. Quant aux stades, on peut dire qu'ils s'y connaissent aussi, puisque c'est A+ architectures qui a déjà signé l'agrandissement du stade de la Mosson, pour le Mondial 1998.

stade01.jpg
stade02.jpg
4ffd343d6f5dc19b4bcffa8e7bbb4edb.jpg
stade05.jpg
stade06.jpg
stade08.jpg
stade09.jpg
Photos M. M.

Ce que l'on retient de ce stade, ce sont ses lignes assez épurées, cette grande toiture blanche, très aérienne, qui de l'extérieur, donne l'impression d'un stade beaucoup plus grand que ce qu'il n'est en réalité. Avec 13 000 places assises, il n'est pas en reste cependant. Quant aux alentours, ils accueillent des stades d'entrainement et tout un complexe dédié aux écoles de rugby et à la préparation des joueurs. A l'avant, un parvis est surplombé par la fin de la toiture, fine lame blanche jetée au-dessus d'un espace vitré.

Et ce nouveau temple du rugby est au centre d'un nouveau quartier de Montpelllier dont nous reparlerons bientôt.Mais avant tout, c'est le lieu où s'illustrent la jeune garde de l'équipe de France, puisque trois Montpelliérains sont désormais régulièrement appelés chez les Bleus.

M. M.

stade yves du manoir photo Max Berrulier.jpg
Photo Max Berrulier - Midi Libre

23 juillet 2008

Les jardins de la Lironde, ou la ville jardin de Portzamparc

On  vous invite aujourd'hui à faire une petite promenade dans le nouveau quartier de La Lironde à Montpellier, dont l'architecte français Christian de Portzamparc, récompensé en 1994 par le Pritzker price, est le coordinateur. Situé à proximité d'Odysseum, les tours s'intègrent dans un jardin paysager.

 

« Le long du petit ruisseau de la Lironde, entre l'avenue Pierre Mendès France et l'avenue du Mondial 98, au cœur d'une remarquable végétation et d'essences paysagères très variées, est née la " cité jardin du XXIème siècle ".
Ce quartier abrite des logements et bureaux tout en préservant la richesse naturelle du paysage... Les habitations sont regroupées sur des " îles construites " ou des îlots éloignés les uns des autres et entourés de végétation.
Chaque îlot surplombant la nature environnante est formé d'immeubles bâtis autour d'une cour intérieure non fermée. Les cours ménageant ombre et soleil s’ouvrent largement vers l’extérieur. Tous les logements bénéficient d'une double orientation, soit avec vues rapprochées côté cour (intimité, fraicheur) soit avec vues plus lointaines vers le large panorama du site naturel. Les espaces libres sont publics et privés. Un parc public de 4 ha a été aménagé au centre du quartier. Sa superficie sera ultérieurement doublée. Il sert également de bassin de rétention pour contenir en cas de fortes pluies les eaux de la Lironde dont la coulée verte traverse le quartier du nord au sud. »
Christian de Portzamparc

 

8039be3b9d1206dd418e3572d06a4631.jpg

 

a708e0628947fba1ded1f4fd234e5413.jpg
d9401a966804ef5d30609275d63ff038.jpg
628759af45487f10dcf187767adf6297.jpg

 

fd16921e381736923b23f3f0f9ca4ef5.jpg
479e6ce114683c8a51dbdb84518cf67c.jpg
a8b484df54be4c319cf7f880dbe538ea.jpg
ad1682b10d756f422842b906af3ae131.jpg
1d74a8bd36091f6820f4d0ef42f1edba.jpg
305f0a20296c54ad90b0180dda2fb334.jpg
4631686d6f92f7cb75650fae48473817.jpg
c847780c173a44df7135106ab352a547.jpg
Photos M. M. 

 

Les travaux ne sont pas encore terminés et de nouveaux immeubles poussent. Certains comportent des villas sur leurs toits, tandis que d'autres sont destinés à accueillir de l'habitat social. Comme elle le fait depuis maintenant longtemps, la ville de Montpellier a choisi de mixer différents types d'habitats en un même lieu.

09 juillet 2008

Montpellier, ou une tour en centre ville ?

Alors que le conseil de la ville de Paris vient de faire un premier pas en faveur de la construction de tours (ou plutôt d'immeubles de grandes hauteurs), Montpellier se met aussi à la page. Et c'est sur le site de l'actuel hôtel de ville que pourrait être érigée cette tour. Un vieux projet qui ressort, puisque les Verts en avaient fait un argument de campagne aux dernières municipales, mais il me semble surtout que Geroges Frêche en avait déjà fait état il y a une bonne dizaine d'années. A cette époque, la tour aurait été implantée à la place de l'ancien mess des officiers, où siège désormais l'office de tourisme.

0e198b0d4282946e26f6bfa4c0a91290.jpg

 

Bref, Hélène Mandroux a présenté récemment le nouveau visage que pourrait prendre la quartier du futur ancien hôtel de ville, à la gauche du Polygone lorsque l'on vient de la place de la Comédie. C'est donc là, entre la tour du Triangle et la tour du Polygone que pourrait s'élever le nouveau gratte-ciel montpelliérain. Il comporterait des bureaux, des habitations, des commerces et accueillerait l'hôtel Mercure, qui sera détruit dans le cadre de la réhabilitation du secteur.

 

ca5fbe3306e9bac509de9a56648260ea.jpg

C'est également tout le cheminement le long d'Antigone qui sera revu, avec la suppression du passage Hermes, ce goulet d'étranglement entre les Galeries Lafayette et Antigone. L'ensemble devrait prendre plus de cohérence.

4e5daf2deb5714f6cf31ab26b501fc70.jpg

Cette requalification du quartier a aussi pour vocation de relier de manière plus cohérente le nouveau Saint-Roch (le futur quartier de la gare) au Corum. C'est donc d'est en ouest et du nord au sud que ce projet entend résoudre les difficultés de cheminement.

5d0b9b9d2b2572c877bf1279921c425c.jpg

 

Enfin, il faut savoir que la mairie compte lancer les premières études d'ici peu. Mais il faudra attendre 2014 avant de voir commencer les premiers travaux. Et 2020 pour que l'ensemble soit achevé. Toujours est-il que la requalification de l'ancien hôtel de ville s'inscrit plus largement dans le cadre d'un projet urbain à long terme pour donner à Montpellier toute sa place dans le sud de la France et même au delà, sur l'ensemble du littoral méditerranéen.

M. M. 

11 juin 2008

Architectures vives, ou le festival de Montpellier... c'est ce week-end

Archi#Déco#Design vous en a déjà parlé. Le festival Architectures vives, dont c'est la troisième édition, débute le 12 juin. L'occasion inespérée de découvrir les cours secrètes de Montpellier et le travail réalisés par des architectes pour les mettre en valeur.

Cette année, il prend le nom de In [Side] Out. Et se déroule jusqu'au 15 juin. Pendant ces quelques - rares - jours, vous aurez la possibilité de rentrer dans ces cours d'hôtels particuliers montpelliérains et de vous impregner à la fois de leur histoire, mais également de la nouvelle page de l'histoire qu'a voulu écrire l'architecte ou le groupe d'architectes qui l'investit.

 

0abe9eb2fa087b2074bcf11139cf793b.jpg

 

On vous laisse découvrir quelques images des projets...

 

d929fe3cc8fd375d00c6c1264d3b7127.jpg
d856eb2d4aba749bfc17f68334990002.jpg

 

6ba2f9a6d1436d0455a41ef6bfebd5a6.jpg

 
cd33672800879cd0425bf0658b589e0d.jpg

 

Et on vous invite à vous rendre rapidement sur le site du festival, afin de faire mieux connaissance avec ce surprenant festival. 

10 mai 2008

Café patrimoine et architectures

Le prochain café "Patrimoine et architectures", organisé par l'association éponyme, se déroulera le 21 mai (et non le 14 comme prévu initialement) à la brasserie de l'Eden, à Montpellier,  son lieu de rencontre habituel.

9a88625e3623cf57a7da2fa329538827.jpg

Il aura pour thème : L’aménagement du temple du roi Merenptah (1213-1202 avant J.-C. sur let site de Gournah-Louxor.

C'est Horst Jaritz, architecte, ancien directeur de l’Institut Suisse de recherches archéologiques en Égypte qui viendra en parler au public.  Les différentes fouilles du temple funéraire du roi Merenptah   ont permis la mise au jour de vestiges architecturaux exceptionnels, nous révélant des civilisations lointaines, aux rites empreints de mystères. 

Cette soirée permettra de s'interroger, à l'instar de hauts lieux patrimoniaux, sur la façon de présenter et de valoriser les   sites archéologiques, dans le contexte socio-économique   actuel égyptien, de voir comment concilier dimensions touristiques et dimensions culturelles.

_______________________

Prochain café, mercredi 11 juin au lieu du 4 juin, sur le thème : "L'architecture de l'entre-deux guerres à Perpignan et en Roussillon".

05 mai 2008

Architectures vives, ou le festival vivant de Montpellier

On vous a déjà parlé d'Elodie Nourrigat, cette jeune architecte de Montpellier, récemment récompensée par un prix européen et consacrée parmi les 40 étoiles montantes de l'architecture du vieux continent. Eh bien, cette jeune femme a plus d'une corde à son arc. Et avec son associé au sein du cabinet N+B, Jacques Brion, elle est également l'organisatrice du festival Architectures vives. En juin prochain, ce sera la troisième édition d'un événement bien parti pour s'inscrire, malgré le côté éphémère des créations, dans la durée.

Archi#Déco#Design : Qu'est ce que c'est que ce festival  ?

Elodie Nourrigat :  Notre idée, c'est d'intéresser les gens, le grand public à l'architecture, lui donner un côté moins solennel, moins lourd. Et si l'on veut intéresser à l'architecture contemporaine, il faut montrer que l'endroit est un lieu de plaisir. C'est pourquoi nous avons eu l'idée d'un dialogue entre un lieu patrimonial, les cours des hôtels particuliers de Montpellier, et l'architecture contemporain.

# : Quelle est la démarche des architectes qui exposent ?

E.N. :  A chaque fois, il faut essayer d'interroger le lieu. A l'époque, les cours étaient des lieux publics, ils sont maintenant privés la plupart du temps. Il faut donc s'interroger sur cette ambiguité. Chaque architecte va donner sa propre réponse pour que chaque visiteur y trouve également sa propre réponse.

# : C'est très ouvert comme démarche...

E.N. : Nous ne voulons surtout pas être un festival donneur de leçons. Si, en visitant, il y a une prise de conscience, c'est déjà cela de gagné !

# : Comment sont sélectionnés les projets ?

E.N. : Nous avons lancé un appel à candidature. On a juste demandé, dans un premier temps, un CV et une lettre d'intention. Ensuite, pour les architectes retenus par le jury, nous avons fait une visite des lieux. Les candidats ont alors réalisé un projet, qui à chaque fois, est une oeuvre originale.

# : Mais quelle est la différence avec une création artistique contemporaine ?

E.N. : Nous demandons aux gens de travailler sur la notion de la gestion de l'espace. On demande aux gens d'interagir avec le lieu. Nous avons des artistes qui interviennent, mais ils font une installation spécifique pour le lieu.

# : Quel est le public du festival ?

E.N. : Tout le monde. Les gens viennent par curiosité, parfois uniquement pour découvrir les cours d'ordinaire fermées au public.  D'ailleurs, on essaye chaque année, d'ouvrir de nouvelles cours, mais il faut l'accord des propriétaires, car la plupart sont privées. On a un public familial, des visites d'écoles aussi. D'ailleurs, dans chaque cours, des étudiants de l'école d'architecture de Montpellier sont présents pour expliquer l'installation. En général, les gens sont contents. Et de toute façon, on souhaite qu'une vraie convivialité s'installe.

# : C'est aussi l'occasion de montrer une autre architecture, puisque Montpellier est très marquée par de grands architectes bâtisseurs : Bofill, Portzamparc...

E.N. : Bofill a amené la ville dans une autre dimension. Et c'est vrai que ces grands architectes, de qualité, ont marqué Montpellier.

Archi#Déco#Design reviendra plus longuement sur le festival, en présentant les projets retenus. A noter tout de même, les dates de la manifestation. Elle aura lieu du 12 au 15 juin 2008. On vous laisse tout de même songer au festival avec quelques images des éditions précédentes.

e88526e4e89df2a0751a7a86d33e9e53.jpg
51390e1f17a977274cfe16b9a2e47c85.jpg
8ee9cd69c72e3574a242cd469df18aa3.jpg
4de5966ddcf7b72bc911038d59011bbf.jpg

_____________________

A découvrir également sur le site internet du festival.

25 avril 2008

Le Languedoc-Roussillon, ou les spécificités architecturales de la région

Archi#Déco#Design a rencontré Bérengère Rodrigues de Sa, la jeune présidente de l'Ordre des architectes du Languedoc-Roussillon. Elle a pris les rênes de la structure en 2004, quatre ans après être rentrée dans l'Ordre. Et dix ans seulement après avoir obtenu son diplôme, préparé à l'école nationale supérieure d'architecture de Montpellier.

be27d8c3fd69663846a95df190e32085.jpg

Archi#Déco#Design : Y a-t-il une typicité à l'architecture du Languedoc-Roussillon ?

Bérengère Rodrigues de Sa : Je n'en suis pas sûre. On a plus des grands courants de pensée que des spécificités régionales. Nos seules typicités, ce sont peut être les matériaux que l'ont trouve sur place et le climat. La région a, par exemple, été en pointe dans le bioclimatique, dans les années 1970. On bénéficie désormais de ce travail fait en amont. Même si à l'époque, ça n'a pas vraiment fonctionné. On y revient maintenant, avec le développement durable.

# : La région a également la particularité d'accueillir beaucoup de monde...

B. R. de S. : Oui, beaucoup de monde vient s'installer ici, mais on reste une région pauvre. Il faut donc que nos coûts de construction soient tirés vers le bas, y compris pour le logement social. Il faut donc construire beaucoup et pas cher, tout en respectant un niveau de confort. C'est un challenge intéressant.

# : Montpellier est également une vitrine architecturale.

B. R. de S. : Oui, avec de grands noms. Mais la particularité de Montpellier, ce sont les Zac (zones d'aménagements concertées), avec un architecte référent. Comme Portzamparc à la Lironde. Ou Bofill avec Antigone.

# : Justement, ces grands noms, ça n'étouffe pas la création architecturale locale ?

B. R. de S. : On a, heureusement, quelques cabinets qui ont la stature pour travailler au plan national, voire international. Mais il faut savoir qu'ici, 80 % des architectes travaillent tout seul. Cela étant, de plus en plus, il y a des regroupements créés pour répondre à des projets. On peut ainsi partager les compétences.

# : Vous venez de lancer un prix. Pour quelle raison ?

B. R. de S. : Il y a quatre ans, nous avons réalisé un catalogue de l'architecture en Languedoc-Roussillon. Cela a beaucoup plus, mais les architectes n'avaient pas encore tous joué le jeu. Avec ce prix, on espère qu'il font se mobiliser. Nous l'avons couplé avec les rencontres de l'architecture en Languedoc-Roussillon. Notre but est de nous refocaliser sur la création régionale. On a également choisi le thème de la maison individuelle, parce que c'est un enjeu important. Il faut faire le produit adapté à la commande, prendre en compte toutes les contraintes. Et rentrer dans l'intimité du maître d'ouvrage.

# : Comment ce prix va-t-il être attribué ?

B. R. de S. :Le jury est composé des membres du conseil. Il sera présidé par un architecte catalan, Octavio Mestre, qui fait beaucoup de maisons individuelles. L'intérêt est également d'avoir un regard extérieur. A l'issue de la remise des prix, nous ferons une exposition, et peut-être une publication.

# : C'est également un moyen de vous faire connaître du grand public ?

B. R. de S. : Effectivement. Même si, sur les salons de l'immobilier, les gens ne savent pas toujours à quoi sert un architecte. Mais plus généralement, le grand public commence à s'intéresser à ce que l'on fait. Et puis certains maires, comme à Montpellier ou à Nîmes, se sont servis de l'architecture pour marquer leur empreinte.

b1cbd76a83ecd391e340e2f67ad17e6e.jpgL'ordre a édité "40 ans d'architecture remarquable en Languedoc-Roussillon". Un ouvrage très complet qui recense toute la production architecturale publique et privée dans la région : bâtiments scolaires, culturels, maisons individuelles ou habitat collectif, agrandissements ou rénovation. Le panorama est assez large et balaye les Pyrénées-Orientales, l'Aude, l'Hérault, le Gard et la Lozère.

_____________________________

 Il est disponible à la librairie Sauramps de Montpellier et coûte 20 €.

17 avril 2008

Un prix de l'architecture, ou la création récompensée en Languedoc-Roussillon

Un prix pour récompenser les architectes de la région Languedoc-Roussillon. C'est ce que vient de lancer l'ordre des architectectes du Languedoc-Roussillon. Une première dans la région, qui vise à mettre en avant la création locale. Et montrer, s'il était vraiment nécessaire, qu'il existe des cabinets de talent, en dehors de Paris.

17c2c80f018973d69e3c07bf4cbaff88.jpg

Pour l'heure, Archi#Déco#Design vous fait part du communiqué de l'ordre, nous reviendrons plus en détail sur cette manifestation.

Villes et villages du Languedoc-Roussillon abritent des villas qui révèlent une architecture contemporaine et pourtant bien méditerranéenne dans leur conception axée sur la maîtrise des éléments : soleil, chaleur, lumière et vent. Pour les découvrir, l’Ordre régional des architectes lance le Prix d’architecture du Languedoc-Roussillon, ouvert à tous les  architectes inscrits à l’Ordre du Languedoc-Roussillon ayant construit dans la région des maisons individuelles, isolées ou groupées.

"Nous voulons apporter aux architectes d'ici la reconnaissance qu'ils méritent, explique la présidente de l'Ordre des Architectes Languedoc-Roussillon, Bérengère Rodrigues de Sa. Leur réflexion sur la typologie de la maison d'aujourd'hui gagne à être connue". "Se protéger de la chaleur tout en profitant de la lumière naturelle du soleil, rafraîchir sans recours systématique à la climatisation, prendre en compte les difficultés du terrain et la beauté des paysages, adapter la répartition des pièces en fonction des besoins de ses occupants… ce sont depuis longtemps les préoccupations des architectes, enchaîne Nicolas Crégut, responsable de l'organisation du Prix d'architecture. Ce Prix démontrera le talent avec lequel les architectes conçoivent des maisons adaptées à notre climat et notre mode de vie."

Un jury composé d'architectes et présidé par Octavio Mestre (architecte à Barcelone) sélectionnera une série de projets qui feront l’objet d’une exposition qui circulera dans les départements de la région. Ces projets seront également regroupés dans une publication qui sera diffusée le plus largement possible, notamment auprès des maires de la région, des architectes inscrits en Languedoc-Roussillon, du grand public, des médias spécialisés et de la presse locale et nationale.

La proclamation des lauréats aura lieu le 10 octobre 2008 aux Rencontres de l’architecture, organisées chaque année par l’Ordre des architectes à l’Ensam, l’école nationale supérieure d’architecture de Montpellier. Le dossier d’inscription peut être retiré sur le site de l’Ordre des architectes, architectes.org, rubrique actualités Languedoc-Roussillon ou sur demande à communicationlr@architectes.org. Les dossiers doivent être remis avant le 6 juin 2008 à 12h00.

10 avril 2008

Café Patrimoine et architectures

C'est mercredi 16 avril 2008 à 20h que se déroule le prochain café "Patrimoine et architecture". Il aura pour thème : "Les parcs naturels urbains : nouveaux modèles, nouvelles attentes".

 Emmanuel Boutefeux, chargé d’étude environnement au Certu (centre d’études sur les réseaux, les transports, l’urbanisme et les constructions publiques) de  Lyon, interviendra.

04b927f170d20fa5585c5415b58d503e.jpg

Entrée libre -  Restaurant L'Eden, boulevard Sarrail à Montpellier  (Esplanade). Tél 04 67 02 82 38 (Réservations recommandées pour dîner )

07 avril 2008

Malbosc, ou une balade dans un nouveau quartier de Montpellier

f8430a1f8b8432cc16f2aa470409df63.jpg

Archi#Déco#Design vous propose une petite promenade en photos dans le quartier Malbosc de Montpellier, situé entre le château d'ô, le parc Euromédecine et le quartier Mosson, il est longé par la ligne 1 du tramway. Il est encore en plein chantier.

b2132e3310847232b241344abe37c809.jpg 94919417a54740cf7ca4b1ba47c2b068.jpg
"Le projet s'inscrit comme une déclinaison du thème du parc dans les différentes parties du quartier, déclinaison réactive aux identités locales, typographiques et paysagères s'adaptant à la mémoire des lieux. Dans ce nouveau quartier, l'idée de nature est dominante, "un quartier dans un parc", mais aussi celle des identités locales que produisent des lieux dits intimistes et adaptés aux différents types d'habitat. On passe de l'échelle du parc "public" à celle du jardin plus "privé".

François KERN, architecte en charge du projet
b697b5a3cb1b3699557c221be877ecd3.jpg
8cbea2b59c154dbbea22369c8395c5d8.jpg
a60c80e22dc21c3236daeb3a42aa54be.jpg
c4cc005ff3708f9bd8721d7974ff5759.jpg
 
956b1d47b07303a65d4dcfed1a7703ce.jpg
 Voici les indications fournies sur le site internet de la mairie de Montpellier concernant ce nouveau quartier : "Le quartier Malbosc se situe au nord-ouest de Montpellier, imbriqué avec le parc Euromédecine et à proximité du domaine historique du Château d'O. A flanc de coteau par rapport à la route de Grabels, il est bordé d'espaces boisés et jouxte le futur parc Malbosc d'une surface de 38 hectares. De ce fait, le quartier Malbosc est organisé en fonction de la richesse naturelle, avec ses vignes et ses vergers, de son relief et de ses espaces verts. Sa conception s'appuie sur l'idée de nature dominante et la combinaison de différents aménagements paysagers à différents types d'habitat : habitats individuels, collectifs et maisons de ville. L’ensemble du site est organisé autour d’une place centrale qui a pour vocation d'accueillir les services (station de tramway, commerces, équipement scolaire…) et d'offrir la convivialité d'un lieu à l'entrée du quartier, grâce à la présence des grands pins. A partir de cette grande place, l'urbanisation s'adapte aux caprices du relief : des immeubles collectifs à l'habitat individuel en passant par des maisons individuelles superposées, en terrasse à flanc de pente. Les immeubles les plus hauts sont implantés en partie basse du site alors qu'en lisière du parc, sur le plateau, se développe l'habitat individuel."
8ef087e8931d15436712068034c38ba0.jpg
dc93933a3b05293d4c89c142190b160d.jpg
9ac641d21ae3be816ef51b7cd7404cf2.jpg
Les deux écoles (ci dessus et ci dessous) Marguerite-Yourcenar et François-Mitterrand. Une troisième (François-Rabelais) a ouvert ses portes il y a peu, pour faire face à l'afflux de population dans le quartier. Et suivre la croissance démographique de Montpellier.
51b75756496eff6724bee14372a2963f.jpg
d24d73f31c3741056f242c34330f1807.jpg
Le quartier est en constante évolution, et tous les jours, de nouveaux immeubles sortent de terre. Allez y faire un petit tour, pour vous donner une idée de ce nouveau quartier. Récemment, un parc, dont les arbres sont encore petits, a été inauguré. Un refuge de verdure au milieu des grues.
M. M. 
___________________________
Retrouvez les images de cette balade dans cet album