Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25 juin 2008

Vivre les villes, ou trois jours pour découvrir sa ville en Languedoc-Roussillon

b41fdb88f5ce33fb6bdadaf3dd5a94e7.jpg

 

C'est une manifestation initiée par les ministères de l'Ecologie, de la Ville et de la Culture qui se déroule à compter de vendredi et durant tout le week-end, un peu partout en France. "Vivre les villes", c'est son nom, a pour vocation de faire découvrir la vie de sa ville à ses habitants, grâce à de nombreuses animations, visites, conférences... Dans le Languedoc-Roussillon, c'est la Maison de l'architecture du Languedoc-Roussillon qui a pris l'organisation en main.

Retrouver le programme complet de la manifestation sur le site internet : Vivre les villes.

Et à lire vendredi, dans Midi Libre

11 juin 2008

Architectures vives, ou le festival de Montpellier... c'est ce week-end

Archi#Déco#Design vous en a déjà parlé. Le festival Architectures vives, dont c'est la troisième édition, débute le 12 juin. L'occasion inespérée de découvrir les cours secrètes de Montpellier et le travail réalisés par des architectes pour les mettre en valeur.

Cette année, il prend le nom de In [Side] Out. Et se déroule jusqu'au 15 juin. Pendant ces quelques - rares - jours, vous aurez la possibilité de rentrer dans ces cours d'hôtels particuliers montpelliérains et de vous impregner à la fois de leur histoire, mais également de la nouvelle page de l'histoire qu'a voulu écrire l'architecte ou le groupe d'architectes qui l'investit.

 

0abe9eb2fa087b2074bcf11139cf793b.jpg

 

On vous laisse découvrir quelques images des projets...

 

d929fe3cc8fd375d00c6c1264d3b7127.jpg
d856eb2d4aba749bfc17f68334990002.jpg

 

6ba2f9a6d1436d0455a41ef6bfebd5a6.jpg

 
cd33672800879cd0425bf0658b589e0d.jpg

 

Et on vous invite à vous rendre rapidement sur le site du festival, afin de faire mieux connaissance avec ce surprenant festival. 

10 juin 2008

Cent ans de Georges Nelson, ou la belle réédition

C'est une belle pièce que vient de sortir Vitra, à l'occasion du centenaire de la naissance de Georges Nelson. Une chaise d'exception, dont le tirage a été limité à 1 000 exemplaires. Et qui en fera un objet recherché.

George Nelson aurait fêté son 100e anniversaire le 29 mai de cette année. A cette occasion, Vitra réédite la Pretzel Chair, l’une de ses créations les plus connues, dans une Édition d’anniversaire limitée à 1 000 exemplaires. Cette édition numérotée de la Pretzel Chair sera réalisée avec un précieux placage de palissandre et accompagnée d’une  documentation complète.

141810ae44f4faf31e0cc4cf8641c2ec.jpg

Au cours des années 50, George Nelson a développé, avec son bureau new-yorkais, une série de sièges individuels et expressifs qui se sont pour certains hissés au rang de classiques. Avant la célèbre Coconut Chair ou le Marshmallow Sofa, il créait dès 1952 une chaise en stratifié formé appelée dans un premier temps simplement « Laminated Chair ». La courbe à la fois élégante et audacieuse du dossier et des accoudoirs a rapidement inspiré le surnom de Pretzel Chair - comme un Bretzel. De même que le dossier et les accoudoirs qui le prolongent, les quatre pieds de la chaise qui se croisent sous l’assise sont fabriqués en bois stratifié. Ils s’affinent vers le bas, conférant une silhouette filigrane à la chaise. Au moment où naissait la Pretzel Chair, Nelson publiait son livre intitulé « Chairs » (1953) dans lequel il donnait un aperçu général de l’évolution et de la diversité des sièges modernes. Pour Nelson, la chaise était le principal meuble moderne : « On ne peut que supposer quels sont les objets que la postérité retiendra comme étant particulièrement typiques de la culture occidentale, mais je pense que la chaise contemporaine en fera partie. »

88a59c5fa347a5a31831d8d22c866eef.jpg

La Pretzel Chair incarne de manière exemplaire certaines des principales thèses que Nelson formule dans cet ouvrage. Alors que Nelson se déclare en faveur de l’intégration des armoires, des luminaires et des canapés dans l’architecture de la maison moderne, il envisage une évolution contraire pour la chaise. La chaise, selon Nelson, n’est pas simplement le dernier objet indépendant : dans l’espace ouvert de l’intérieur moderne, elle se détache du mur pour prendre place au milieu de la pièce et adopte donc de plus en plus souvent des formes sculpturales. « La légèreté, la transparence et une silhouette élégante » étaient les qualités décisives d’une chaise pour Nelson.

La Pretzel Chair allie toutes ces qualités. Si l’on contemple les photos du bureau de Nelson de l’époque, on constate qu’il comportait de nombreuses chaises classiques en bois courbé. Ainsi, les chaises produites par Thonet pourraient avoir été l’une des sources d’inspiration des formes de la Pretzel Chair. Mais Nelson, plutôt que d’utiliser du bois courbé, a opté pour la variante contemporaine du bois stratifié, ce qui s’est avéré un véritable défi technique en raison de la déformation du dossier, qui passe de la verticale au niveau du dossier à l’horizontale au niveau des accoudoirs. Les coûts que cela entraîne sont la principale raison pour laquelle la chaise n’a été produite à l’époque qu’en très peu d’exemplaires, dans ses deux versions (avec et sans accoudoirs).

_______________________

Plus de renseignements sur le site de Vitra.

 

27 mai 2008

Jean Nouvel, ou l'architecte de la tour Signal

On vous a déjà parlé, sur Archi#Déco#Design du projet visant à renouveller le site de la Défense, ce grand quartier de bureaux, à l'ouest de Paris.

On vous a également fait part des cinq projets de la tour Signal, futur emblême du quartier. Le jury s'est réuni et c'est finalement le Français Jean Nouvel qui décroche le contrat. Une consécration de plus pour celui qui a signé la nouvelle mairie de Montpellier, en partenariat avec le montpelliérain François Fontès. C'est encore Nouvel a qui conçu Némausus, à Nîmes, cet ensemble suprenant de logements sociaux.

95785b2337a89c0ba6f8fb16ecbb86cf.jpg

Voici le communiqué publié sur le site dédié à cette nouvelle tour :

Voulue par Nicolas Sarkozy pour symboliser le renouveau de La Défense, la tour Signal viendra, en 2015, jouer avec les nuages.   On connaît maintenant la silhouette du futur nouveau monument du premier quartier d'affaires européen.   Patrick Devedjian, Président du Conseil d'Administration l'a dévoilée le mardi 27 mai.  

« Le jury que j'ai eu l'honneur de présider a retenu le projet de Jean Nouvel Irréprochable sur le plan technique et du développement durable, particuli è rement novateur, il présente une typologie de tour encore jamais vue. Sa silhouette puissante permet de rééquilibrer le paysage de La Défense autour de la Grande Arche. En outre, il consacre une approche de la mixité organisée de manière très intelligente.   Autant de raisons pour lesquelles le jury s'est finalement prononcé en sa faveur.»   Haute de 301 mètres, la tour Signal offre sur 71 étages une mixité fonctionnelle complète avec 50 000 m² de bureaux, 33 000 m² de logements, un hôtel de 39 000 m², des commerces et des restaurants pour 10 000 m² et un équipement public de 8 000 m². Il est caractérisé par quatre plots empilés, composé d'atriums formant des fenêtres qui s'alternent en façades opposées. Jean Nouvel a choisi le site de la porte ouest afin d'ouvrir La Défense sur la commune de Puteaux. Son ambition est de créer une forte polarité au cœur de l'Ile de France, tout en mettant en relation le projet avec un environnement bâti et naturel.  

Ateliers Jean Nouvel est l'un des plus grands cabinets d'architectes français. Jean Nouvel a reçu le 30 mars dernier, le prix Pritzker, considéré comme le Nobel de l'architecture.   Les investisseurs sont tous deux d'origine espagnole : Layetana, particulièrement actif dans le domaine de l'hôtellerie et du bureau, avec notamment la tour Agbar réalisation de Jean Nouvel à Barcelone et Medea, filiale française du groupe Cresa, leader dans le secteur dans le secteur immobilier espagnol.  Le projet de tour Signal restera à plus d'un titre dans l'histoire de l'architecture en France, (originalité de la procédure, mixité imposée, libre choix de l'emplacement).   Il met un point d'orgue au plan de renouveau du quartier d'affaires dont les 450 000 m² de bureaux nouveaux sont aujourd'hui lancés.   L'EPAD présentera à l'automne à La Défense une exposition consacrée à la tour Signal et à l'appel à projets.  Un livre sera également publié.  

Retrouvez toute l'information sur http://www.tour-signal-ladefense.com/

10 mai 2008

Café patrimoine et architectures

Le prochain café "Patrimoine et architectures", organisé par l'association éponyme, se déroulera le 21 mai (et non le 14 comme prévu initialement) à la brasserie de l'Eden, à Montpellier,  son lieu de rencontre habituel.

9a88625e3623cf57a7da2fa329538827.jpg

Il aura pour thème : L’aménagement du temple du roi Merenptah (1213-1202 avant J.-C. sur let site de Gournah-Louxor.

C'est Horst Jaritz, architecte, ancien directeur de l’Institut Suisse de recherches archéologiques en Égypte qui viendra en parler au public.  Les différentes fouilles du temple funéraire du roi Merenptah   ont permis la mise au jour de vestiges architecturaux exceptionnels, nous révélant des civilisations lointaines, aux rites empreints de mystères. 

Cette soirée permettra de s'interroger, à l'instar de hauts lieux patrimoniaux, sur la façon de présenter et de valoriser les   sites archéologiques, dans le contexte socio-économique   actuel égyptien, de voir comment concilier dimensions touristiques et dimensions culturelles.

_______________________

Prochain café, mercredi 11 juin au lieu du 4 juin, sur le thème : "L'architecture de l'entre-deux guerres à Perpignan et en Roussillon".

07 mai 2008

En vacances...

Archi#Déco#Design fait une petite pause...

 

On revient à la fin du mois de mai.

00:00 Publié dans Actu | Lien permanent | Commentaires (0)

05 mai 2008

Architectures vives, ou le festival vivant de Montpellier

On vous a déjà parlé d'Elodie Nourrigat, cette jeune architecte de Montpellier, récemment récompensée par un prix européen et consacrée parmi les 40 étoiles montantes de l'architecture du vieux continent. Eh bien, cette jeune femme a plus d'une corde à son arc. Et avec son associé au sein du cabinet N+B, Jacques Brion, elle est également l'organisatrice du festival Architectures vives. En juin prochain, ce sera la troisième édition d'un événement bien parti pour s'inscrire, malgré le côté éphémère des créations, dans la durée.

Archi#Déco#Design : Qu'est ce que c'est que ce festival  ?

Elodie Nourrigat :  Notre idée, c'est d'intéresser les gens, le grand public à l'architecture, lui donner un côté moins solennel, moins lourd. Et si l'on veut intéresser à l'architecture contemporaine, il faut montrer que l'endroit est un lieu de plaisir. C'est pourquoi nous avons eu l'idée d'un dialogue entre un lieu patrimonial, les cours des hôtels particuliers de Montpellier, et l'architecture contemporain.

# : Quelle est la démarche des architectes qui exposent ?

E.N. :  A chaque fois, il faut essayer d'interroger le lieu. A l'époque, les cours étaient des lieux publics, ils sont maintenant privés la plupart du temps. Il faut donc s'interroger sur cette ambiguité. Chaque architecte va donner sa propre réponse pour que chaque visiteur y trouve également sa propre réponse.

# : C'est très ouvert comme démarche...

E.N. : Nous ne voulons surtout pas être un festival donneur de leçons. Si, en visitant, il y a une prise de conscience, c'est déjà cela de gagné !

# : Comment sont sélectionnés les projets ?

E.N. : Nous avons lancé un appel à candidature. On a juste demandé, dans un premier temps, un CV et une lettre d'intention. Ensuite, pour les architectes retenus par le jury, nous avons fait une visite des lieux. Les candidats ont alors réalisé un projet, qui à chaque fois, est une oeuvre originale.

# : Mais quelle est la différence avec une création artistique contemporaine ?

E.N. : Nous demandons aux gens de travailler sur la notion de la gestion de l'espace. On demande aux gens d'interagir avec le lieu. Nous avons des artistes qui interviennent, mais ils font une installation spécifique pour le lieu.

# : Quel est le public du festival ?

E.N. : Tout le monde. Les gens viennent par curiosité, parfois uniquement pour découvrir les cours d'ordinaire fermées au public.  D'ailleurs, on essaye chaque année, d'ouvrir de nouvelles cours, mais il faut l'accord des propriétaires, car la plupart sont privées. On a un public familial, des visites d'écoles aussi. D'ailleurs, dans chaque cours, des étudiants de l'école d'architecture de Montpellier sont présents pour expliquer l'installation. En général, les gens sont contents. Et de toute façon, on souhaite qu'une vraie convivialité s'installe.

# : C'est aussi l'occasion de montrer une autre architecture, puisque Montpellier est très marquée par de grands architectes bâtisseurs : Bofill, Portzamparc...

E.N. : Bofill a amené la ville dans une autre dimension. Et c'est vrai que ces grands architectes, de qualité, ont marqué Montpellier.

Archi#Déco#Design reviendra plus longuement sur le festival, en présentant les projets retenus. A noter tout de même, les dates de la manifestation. Elle aura lieu du 12 au 15 juin 2008. On vous laisse tout de même songer au festival avec quelques images des éditions précédentes.

e88526e4e89df2a0751a7a86d33e9e53.jpg
51390e1f17a977274cfe16b9a2e47c85.jpg
8ee9cd69c72e3574a242cd469df18aa3.jpg
4de5966ddcf7b72bc911038d59011bbf.jpg

_____________________

A découvrir également sur le site internet du festival.

30 avril 2008

Pekin 2008, ou l'architecture sportive

Actuellement, l'actualité des prochains jeux olympiques est marquée par la politique. Il n'est pas question pour Archi#Déco#Design de prendre position ou de juger qui que ce soit. Bref, nous allons surtout parler d'architecture. Et notamment celle des deux endroits phare des compétitions.

9a70c6f84cc26178a1636c39b053e7ce.jpg

Le stade olympique, pour commencer, que l'on doit au duo d'architectes suisses Herzog et Meuron. D'une capacité de 91 000 spectateurs, le Stade national, c'est son nom officiel, a depuis été surnommé "Nid d'oiseau" en raison de son dessin. Il est actuellement en cours de finition, mais on a préféré vous montrer les dessins d'architectes, plus parlant pour le moment que des photos avec des grues ou des échafaudages.

98248faa000103534ff1d664838eefe9.jpg
307b2c1abd04dfab3f7fbaade107de46.jpg
9c1031a78502cb64eea14292db3953fe.jpg
25c3662b5c5e65f3dfc29eb2c69c9258.jpg
 Images BOCOG.
L'autre site, c'est le centre  national de natation, situé à quelques centaines de mètres du Nid d'oiseau. On espère voir briller dans le "Cube d'eau", encore un surnom qui a pris le pas sur le nom officiel, les étoiles de la natation française. Laure Manaudou et consorts nageront devant plus de 15 000 spectateurs. Son surnom, la piscine le doit au revêtement très original qui la recouvre. Sur une espèce de résille métallique, on a placé des bulles de plastiques. C'est d'ailleurs la première fois que ce procédé architectural est mis en oeuvre. Et donne des résultats assez bluffants.

 

10540a36b74000c48b7c3e3f25f2e898.jpgb129761f106ae2654023d8caf2457de0.jpg543d6aad5f2bf64b8a0f2a51f29c1ad3.jpgea3eb3039b254a2d7f4662ab44ac090b.jpg
Vous aurez l'occasion d'admirer ces chefs-d'oeuvre de l'architecture contemporaine à la télé, cet été, pendant les épreuves. Les réalisateurs devraient montrer piscine et stade sous tous les angles.

25 avril 2008

Le Languedoc-Roussillon, ou les spécificités architecturales de la région

Archi#Déco#Design a rencontré Bérengère Rodrigues de Sa, la jeune présidente de l'Ordre des architectes du Languedoc-Roussillon. Elle a pris les rênes de la structure en 2004, quatre ans après être rentrée dans l'Ordre. Et dix ans seulement après avoir obtenu son diplôme, préparé à l'école nationale supérieure d'architecture de Montpellier.

be27d8c3fd69663846a95df190e32085.jpg

Archi#Déco#Design : Y a-t-il une typicité à l'architecture du Languedoc-Roussillon ?

Bérengère Rodrigues de Sa : Je n'en suis pas sûre. On a plus des grands courants de pensée que des spécificités régionales. Nos seules typicités, ce sont peut être les matériaux que l'ont trouve sur place et le climat. La région a, par exemple, été en pointe dans le bioclimatique, dans les années 1970. On bénéficie désormais de ce travail fait en amont. Même si à l'époque, ça n'a pas vraiment fonctionné. On y revient maintenant, avec le développement durable.

# : La région a également la particularité d'accueillir beaucoup de monde...

B. R. de S. : Oui, beaucoup de monde vient s'installer ici, mais on reste une région pauvre. Il faut donc que nos coûts de construction soient tirés vers le bas, y compris pour le logement social. Il faut donc construire beaucoup et pas cher, tout en respectant un niveau de confort. C'est un challenge intéressant.

# : Montpellier est également une vitrine architecturale.

B. R. de S. : Oui, avec de grands noms. Mais la particularité de Montpellier, ce sont les Zac (zones d'aménagements concertées), avec un architecte référent. Comme Portzamparc à la Lironde. Ou Bofill avec Antigone.

# : Justement, ces grands noms, ça n'étouffe pas la création architecturale locale ?

B. R. de S. : On a, heureusement, quelques cabinets qui ont la stature pour travailler au plan national, voire international. Mais il faut savoir qu'ici, 80 % des architectes travaillent tout seul. Cela étant, de plus en plus, il y a des regroupements créés pour répondre à des projets. On peut ainsi partager les compétences.

# : Vous venez de lancer un prix. Pour quelle raison ?

B. R. de S. : Il y a quatre ans, nous avons réalisé un catalogue de l'architecture en Languedoc-Roussillon. Cela a beaucoup plus, mais les architectes n'avaient pas encore tous joué le jeu. Avec ce prix, on espère qu'il font se mobiliser. Nous l'avons couplé avec les rencontres de l'architecture en Languedoc-Roussillon. Notre but est de nous refocaliser sur la création régionale. On a également choisi le thème de la maison individuelle, parce que c'est un enjeu important. Il faut faire le produit adapté à la commande, prendre en compte toutes les contraintes. Et rentrer dans l'intimité du maître d'ouvrage.

# : Comment ce prix va-t-il être attribué ?

B. R. de S. :Le jury est composé des membres du conseil. Il sera présidé par un architecte catalan, Octavio Mestre, qui fait beaucoup de maisons individuelles. L'intérêt est également d'avoir un regard extérieur. A l'issue de la remise des prix, nous ferons une exposition, et peut-être une publication.

# : C'est également un moyen de vous faire connaître du grand public ?

B. R. de S. : Effectivement. Même si, sur les salons de l'immobilier, les gens ne savent pas toujours à quoi sert un architecte. Mais plus généralement, le grand public commence à s'intéresser à ce que l'on fait. Et puis certains maires, comme à Montpellier ou à Nîmes, se sont servis de l'architecture pour marquer leur empreinte.

b1cbd76a83ecd391e340e2f67ad17e6e.jpgL'ordre a édité "40 ans d'architecture remarquable en Languedoc-Roussillon". Un ouvrage très complet qui recense toute la production architecturale publique et privée dans la région : bâtiments scolaires, culturels, maisons individuelles ou habitat collectif, agrandissements ou rénovation. Le panorama est assez large et balaye les Pyrénées-Orientales, l'Aude, l'Hérault, le Gard et la Lozère.

_____________________________

 Il est disponible à la librairie Sauramps de Montpellier et coûte 20 €.

18 avril 2008

Elodie Nourrigat, ou la consécration européenne pour l'architecte montpelliéraine

Elodie Nourrigat, qui avec Jacques Brion, a fondé le cabinet d'architecture N+B à Montpellier, vient de voir son travail récompensé. Et de quelle manière. Ainsi, elle a été choisie comme l'une des "40 under 40", soit l'un des quarante architectes âgés de moins de 40 ans, en Europe, et qui sont considérés comme les espoirs de l'architecture de demain. Un prix décerné par un jury de professionnels réuni à New York en décembre 2007 et qui a rendu ses conclusions en mars dernier. Ainsi, avec deux autres architectes français, la Montpelliéraine cotoient des Norvégiens, des Anglais, des Espagnols, des Croates, des Russes, des Belges, des Allemands, choisis parmi des centaines de candidats.

Archi#Déco#Design l'a rencontrée. Elle nous parle de ce prix.

18792e3b938791f4ca6020f314482251.jpg

La récompense, prestigieuse, est décernée par le « European Centre for Architecture Art Design and Urban Studies », en collaboration avec le Chicago Athenaeum, un musée américain. "J'ai présenté deux projets. Le premier, réalisé, est celui du bâtiment de la communauté de communes de la Vallée de l'Hérault, à Gignac. Le second est une étude réalisée dans le cadre d'un concours d'idées pour la grande bibliothèque de Prague", explique l'architecte.

e56abaf232c1193e1853e2699521df99.jpg
442196892fd8b5cd60587cc5c9887d64.jpg
63fb895b4a5c4d16e3f0c680dc52a396.jpg
Les bâtiments de la communauté de communes de la Vallée de l'Hérault, à Gignac
4913c877694f8c10ef620ff8ececeff1.jpg
Une proposition pour la bibliothèque de Prague
5029a4b9badaaf4df6d6d54d3918a665.jpg
Le troisième projet présenté est une étude pour l'Office HLM des Bouches-du-Rhône, le nom du projet étant "Loger les enfants du pays à Marseille".

Un choix qui s'imposait pour elle, tant le projet de Gignac, le parc Camalcé, lui tient à coeur. "On a proposé une architecture, avec une écriture contemporaine, avec des matériaux contemporains. C'est vrai que lors des premières réunions, les gens étaient surpris, mais le maître d'ouvrage a su nous aider et a porté le bâtiment jusqu'au bout", précise Elodie Nourrigat. Pas facile, en effet, de faire une proposition originale dans un lieu coincé entre un supermarché et un rond-point. "C'est un vrai problème que le traitement des entrées de ville et des zones d'activités. Notre idée était de faire en sorte que ce lieu utilisé la semaine le soit également le week-end. On a donc aménagé un parc, à l'arrière, avec une évocation du canal de Gignac. Les gens vont s'y promener, y pique-niquer. Et la grande salle de réunion sert maintenant aux associations, à des manifestations", confie l'architecte. Du zinc, du bois, des bâtiments aux lignes simples relevées par des bardages, voilà la recette choisie par le cabinet N+B pour cette commande. Et qui vaut donc à Elodie Nourrigat une belle récompense : "Mais l'architecture ne dépend pas que de l'architecte. Il faut un dialogue, important, avec le maître d'ouvrage." D'autant que pour Elodie Nourrigat, "ce bâtiment fait partie des réalisations importantes de l'agence". Le prix qu'elle vient de recevoir vient donc achever la consécration de son travail. "C'est une grande satisfaction, une grande joie. On va maintenant rajouter cela sur le CV ", confie l'architecte.

Et cela prouve, s'il en était vraiment besoin, que Montpellier et la région ont des architectes de talents, capables de rivaliser avec les meilleurs. "Sans vouloir faire du régionalisme, c'est vrai que c'est important aussi pour la région", conclut Elodie Nourrigat. Un peu pour dire qu'il n'y a pas qu'à Paris que l'on sait faire de l'architecture de qualité.

M. M.

____________________________


Les travaux des « 40 under 40 » donneront lieu à une exposition présentée à Chicago en juillet. Elle devrait ensuite venir en Europe.

Pour voir le travail du cabinet N+B, rendez-vous sur leur site ici.