Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

02 décembre 2007

Sur votre agenda : le prochain café "Patrimoine et architectures"

Les cafés "Patrimoine et architectures" de Montpellier fêtent, cette année, leurs dix ans. Et sont forts, pour cet anniversaire, d'une programmation assez exceptionnelle.
6fded8254d4b4aa945e4d036c5edef79.jpg

Le prochain se déroule jeudi 6 décembre, salle Pétrarque (place Pétrarque à Montpellier) à 20h. Il a pour invité  Yves Dauge qui viendra parler sur le thème : « Les Grands Travaux  de François Mitterrand ».

Yves Dauge, sénateur d’Indre et Loire, maire-adjoint de Chinon,  a été responsable de la mission "Grands Travaux" pendant 14 ans auprès du président de la République,  François Mitterrand.

Lors de ce café, il viendra répondre aux questions suivantes, entre autres... 

- L'origine des grands projets ; Qui était au courant ?
- Comment est apparue, en mai-juin 1981,  l'ambition de François Mitterrand ?
- Comment François Mitterrand a-t-il repris les projets de Giscard d'Estaing ?
- Quels projets se sont, au-delà, bien vite imposés ?

- Les Grands Travaux et  la province ?
- Quelle réponse politique, quelle gouvernance, quel financement ?
- Pari gagné, techniquement et culturellement..
.
- Quelle adhésion ?
- Quelle fréquentation ?
- Quel projet urbain?

01 décembre 2007

enerGaïa, ou le salon des énergies renouvelables

Il faut le reconnaître. Désormais, le développement durable et les économies d'énergie, tout le monde y pense. Mais que fait-on concrètement ? Pas encore assez. Prenons l'exemple de la Crète, une île grecque pas vraiment réputée pour sa richesse économique. Et pourtant, dans la patrie du "manger sain", on chauffe aussi son eau sainement. Il n'y a pas une maison, pas un immeuble, dont l'eau chaude sanitaire ne soit chauffée par le soleil. En se promenant sur les routes crétoises, on se rend rapidement compte du retard pris dans le sud de la France.

Bref, pour tenter de rattraper notre retard dans le domaine, il y a encore du boulot. Mais la prise de conscience collective - le Grenelle de l'environnement en atteste -aidant  et les actes individuels qui se multiplient vont dans le bon sens. Alors, si l'envie vous dit d'en savoir plus sur la question, le salon enerGaïa, salon international des énergies renouvelables, qui se déroulera du 6 au 8 décembre au parc des expositions de Montpellier devrait vous apporter nombre de réponses. C'est avant tout un salon professionnel, mais le grand public (vous, nous, tout ce qui sont intéressés par le sujet) pourra y découvrir les nouvelles technologies à sa disposition : éolien individuel, solaire thermique, solaire photovoltaïque, géothermie, chaudières à bois...

8967603f091cc5aa21365b6ba291dca8.jpg

 « enerGaïa se veut le grand rendez-vous international de tous les acteurs des énergies renouvelables. Lieu incontournable d’échanges, de rencontres et d’affaires, le Salon répondra aux attentes des professionnels en leur apportant des solutions concrètes face aux enjeux énergétiques et environnementaux de demain. Dès cette première édition, les principaux organismes, acteurs des énergies renouvelables, ont rejoint le Comité d’Organisation (Ademe, Derbi, Medener, OME, Assemblée des régions d'Europe...) et de nombreux partenaires sont venus apporter leur soutien actif (Capeb, FFB, Enerplan, Qualipol, Fédarene, Effinergie, Groupe cooépération forestière) ou participer au Comité Scientifique (EUREC, EREC, EDF Éénergies nouvelles...), cela afin de fédérer ensemble le développement des énergies nouvelles. enerGaïa se positionne comme le lieu où affaires et innovations se rejoignent dans une approche globale d’un marché en pleine évolution »,  précisent M. François Barbance (Directeur général – Enjoy Montpellier) et M. Guy Haddad (Commissaire général – UHK Expo).

M. M.

______________________________

enerGaïa, salon international des énergies renouvelables, du jeudi 6 au samedi 8 décembre. Ouverture au grand public le vendredi 7 décembre à 14 h.

 

29 novembre 2007

Le lounge chair en blanc, ou comment revisiter un objet culte

C'est un fauteuil au dessin intemporel. Les années passent et lui reste toujours aussi tendance. Mais cela ne signifie pas que son look est gravé dans le marbre. Le Lounge Chair de Charles et Ray Eames - et son ottoman - vient de faire l'objet d'une nouvelle déclinaison. Vitra, l'éditeur allemand, n'en est pas à son coup d'essai en la matière. Il  a déjà donné à la chaise Panton ou à la chaise Prouvé de nouveaux coloris. Là encore, Vitra s'attaque à un mythe. Et gagne son pari.

c4490afec48d5cf3487cbc17767213f3.jpg

Charles et Ray Eames avaient voulu voir dans ce fauteuil une interprétation moderne des fauteuils club. On comprend donc l'utilisation de cuir noir et de bois de palissandre. Régulièrement, des séries limitées comportant des rembourrages clairs étaient proposées, sans jamais dépasser le stade du "one shot". Le bois et l'aluminium restaient invariablement sombres.

b4b2d36343138e219da058b1b5bf5a51.jpg

En collaboration avec l’Eames Office et Hella Jongerius, Vitra a donc étudié le thème d’un Lounge Chair « clair ». Le cuir n'y est pas blanc immaculé, mais dans un ton blanc cassé, tendant vers le gris. Les coques en bois sont en placage de noisetier pigmenté et le piètement en aluminium poli.

Vitra a su revisiter ce grand classique et y a apporté de la fraîcheur. Mais tout à un prix. Et là, on atteint des sommets dans le domaine du luxe.

M. M.

_________________________________

Lounge Chair, de Charles et Ray Eames, chez Vitra. En vente chez RBC. 7 074 €.

 

17:25 Publié dans Actu | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : Eames, lounge chair, blanc, vitra

21 novembre 2007

Oubrerie raconte Le Corbusier

José Oubrerie, architecte, assistant et collaborateur de Le Corbusier sera au Carré d'art à Nîmes pour parler de son travail de porte-parole international, maître d'oeuvre de l'église de Firminy et autres bâtiments conçus au sein de l'agence du célèbre architecte.

Jeudi 6 décembre à 19 heures. Carrée d'art, place de la Maison carrée à Nîmes. Entrée libre. Tél. 04 66 76 35 75.

20 novembre 2007

Design contre design, ou l'expo événement de l'hiver

"Design contre design propose de confronter des objets et des meubles de l’environnement domestique de la révolution industrielle à nos jours. Plutôt que de raconter une chronologie aujourd’hui trop complexe, elle met en parallèle, juxtapose, propose des courts circuits dans le temps destinés à créer la surprise et des dialogues entre les choses. Dialogue mis en valeur par es essais du catalogue, tous transversaux : design et l’art, la mode, l’architecture, le cinéma, la bande dessinée, l’humour, le roman."

 9c623add66cd99f537f0f89987d7efd8.jpg

Montage de 2 pièces de mobilier  André Groult et Marc Newson Chiffonnier anthropomorphe, 1925  Musée des Arts Décoratifs, Paris © Succession André Groult / Adagp, Paris 2007 / Marc Newson, Pod of drawers, 1987 – Galerie Kréo, Paris. © Courtesy Galerie Kréo - Marc Newson 2007

 

Elle est idéale pour s'initier au design. Elle, c'est l'exposition "Design contre design", qui se déroule jusqu'au 7 janvier, aux galeries nationales du Grand Palais, à Paris. Surtout que sa conception surprend. Le visiteur pourrait s'attendre à une progression chronologique, afin d'appréhender au mieux l'évolution du design à travers le temps. Le visiteur restera sur sa faim. La mise en scène privilégie ce qui inspire le design. Je me suis attardé sur la partie consacrée aux animaux et aux végétaux. On y est accueilli par l'imposant "chat polymorphe", de François-Xavier et Claude Lalanne (1968). Et l'on découvre au fil des vitrines ou des parterres d'exposition différentes oeuvres, tout aussi surprenantes. Comme le banc monumental de Zaha Hadid.

Au fil du parcours, le visiteur découvre un peu mieux, appréhende au plus près les subtilités du design. Sans se prendre la tête. C'est bien là tout l'intérêt de cette exposition. Le voyage se termine par une jolie surprise, que l'on doit à Verner Panton. Où l'on explore de l'intérieur toute l'ingéniosité du design. Avec en plus, comme un voyage proposé par Stanley Kubrick.

777ed4056a3f3dfa5be97d57d263a941.jpg

Bar François-Xavier Lalanne, 1968 Armature d'acier, bois, tôle de laiton 204 x 350 x 60 cm  Collection Shahram Riahi, Paris

51597622aad92723a4a253182df4d496.jpg

Banc Iceberg Zaha Hadid, 2003 Bois laminé, micro-feuilles d’aluminium, laqué à feu
208 x 268 x 200 cm Edition Sawaya & Moroni, Milan ; Edition de 9 exemplaires ; Galerie Ammann, Cologne
© Manufacturer Sawaya & Moroni, Milan, Italy – Anke Bornemann + Harald Seick

Au final, on regrette presque que l'exposition se termine si rapidement. Un petit détour s'impose également du côté de la boutique, où une belle sélection d'ouvrages permet de terminer agréablement la visite. Tout comme quelques petits objets. A ne pas manquer, donc, si vous passez à Paris pour les fêtes de fin d'année.

M. M.

___________________________

Ouvert tous les jours sauf le mardi. Fermé le 25 décembre et le 1er janvier. De 10 h à 20 h (22 h les mercredis et vendredis). Plein tarif : 10 €. Accès métro Franklin-Roosevelt ou Champs-Elysées Clemenceau.

10 novembre 2007

L'Equerre d'argent, ou le Goncourt de l'architecture

Le 22 octobre dernier a été décernée l'Equerre d'argent. C'est, pour résumer, l'équivalent du prix Goncourt des archictectes. Il distingue un bâtiment français terminé dans l'année, pour ses qualités de conception et de réalisation, et récompense à égalité le maître d'ouvrage et les concepteurs, français ou étrangers, qui ont contribué à la construction de l'oeuvre consacrée.

Cette année, c'est la 25e fois que le prix était remis. Et le jury a fait preuve de nouveauté, en récompensant les architectes Nathalie Franck et Yves Ballot, et la communauté urbaine de Bordeaux, pour la restucturation et l'extension du groupe scolaire Nuyens, à Bordeaux.

d8112b995b165bb710a05ef30e713e15.jpg
 
d12acde07f506bdddd6e2e5f42020714.jpg
A noter que la Serm, les architectes Emmanuel Nebout et Brochet-Lajus-Pueyo étaient sur la sélection avec la restructuration du Musée Fabre de Montpellier. Enfin, le prix de la première oeuvre a été remis à la mairie de Valbonne et au cabinet Comte et Vollenweider, pour la construction de la cité artisanale de Valbonne.
M.M.

09 septembre 2007

Maison&Objet, ou le salon des tendances

Impossible de passer à côté du salon "Maison&Objet", un salon professionnel qui se déroule actuellement en région parisienne. Toutes les tendances y sont présentées. Architecture, design, mobiliers, nouvelles technologies, le salon est l'occasion de faire un tour d'horizon complet de l'habitation d'aujourd'hui... et de demain.

 

medium_MAISON_ET_OBJETS.2.jpg

 

medium_logo_MO-OUTDOOR_rvb.jpg

Cette année, la nouveauté, c'est la "In-out attitude". Vivre dedans, dehors...Les frontières sont abolies. D'autant que l'urbanisation galopante suscite un besoin de nature toujours plus grand. Toutes les innovations pour mieux vivre chez soi comme hors des murs sont donc présentes lors de ce salon, dans un "spin-off" intitulé "Maison&Objet outdoor_Indoor". Nous y reviendrons prochaînement.

28 juin 2007

Colombo, ou l'inventeur du futur

medium_colombo1.2.jpg

"Je ne parlerai pas de style, car le design n'est pas du style ; le design annule le style. Si l'on fait du style, on ne peut pas faire du design. Le design est un langage universel qui peut émerger de la personnalité du créateur ou disons, de certains traits de caractères qui deviennent visibles lorsque l'on traite un problème, mais ne parlons pas de style".

Joe Colombo, en réponse à une question du journaliste Pascal Rousseau.

Peintre, sculpteur, architecte... puis designer. Un parcours classique, pour un personnage qui l'était beaucoup moins. Joe (de son vrai prénom Cesare) Colombo a marqué le design des années 1960, notamment par sa vision fantasque du futur. Un futur qu'il ne connaîtra pas, rapidement emporté par une crise cardiaque, alors qu'il n'a que 41 ans, en 1971. Mais son bref passage marque durablement la période et en fait un des grands, incontournable référence ou contre exemple, selon que l'on aime ou l'on déteste.

medium_colombo2.2.jpg

Pour mieux découvrir ce personnage, à qui  l'on doit notamment le fauteuil Elda, le musée des arts décoratifs de Paris, récemment rouvert, consacre une exposition au designer italien. Elle y présente des dessins, documents et oeuvres jamais exposés jusqu'alors.

On y découvre Colombo, qui a largement marqué les générations suivantes de designer. Sa vision futuriste se retrouve notamment dans sa "Cité nucléaire" de 1952. Un projet présenté comme une BD et qui concentre la vision de Colombo pour des formes totalement innovantes d'appartements, de moyens de transports ou d'infrastructures. Ces esquisses englobent  déjà la vision totale de la société ainsi que son intérêt pour les nouvelles technologies.

Des nouvelles technologies qu'il saura mettre au service de son dessin. Il est ainsi le premier à se servir de plastique moulé en un seul bloc pour sa chaise Universale (1965-1967). Un avant-gardiste qui a su utiliser les techniques contemporaines au service du beau.

 M. M.

_______________________________________

Au musée des arts décoratifs de Paris, jusqu'au 19 août, dans la grande nef. 8 €. Renseignements : www.lesartsdecoratifs.fr