Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

27 février 2009

Le canapé bouche de Dali : la boca sofa

Voilà vingt ans que le génial Salvador Dali nous a quittés laissant une oeuvre surréaliste foisonnante dont le désormais mythique canapé boca. C'est en 1936 que Dali crée cet objet aux formes voluptueuses et provocatrices, en hommage à Mae West, une actrice américaine, sex-symbol des années 30, aux lèvres rouges et pulpeuses (*). Le canapé a changé plusieurs fois de nom : il a été baptisé quelques années plus tard canapé lips ou boca. Ces lèvres gigagntesques en polyuréthane expansé recouvertes d'un tissu en lycra d'un rouge vif sont longues de 2,12 m, hautes de 85 cm et pèsent 30 kilos.

 

bouchedali2.jpg

En 1971, le Studio 65, une compagnie italienne de design, édite ce canapé oeuvre d'art en tant que meuble. Ils le rebaptisent le Marylin Monroe et le distribuent à 1000 exemplaires, rendant ainsi hommage à Salvador Dali. En 1986, il est réédité par Gurfam, une firme davantage dans une logique plus artistique qu'économique.

Aujourd'hui Lilipopart réédite une nouvelle fois ce canapé culte pour 5400 euros.

 

bouchedali.jpg


* Une pièce entière est consacrée à Mae West au musée de Figueres en Espagne. Ses cheveux sont des rideaux, son nez est une table, ses yeux deux tableaux et sa bouche, le canapé boca.

C. U.

26 février 2009

Gilles Cusy, nouveau directeur de l'école d'architecture de Montpellier : « Confronter l’architecture au patrimoine »

L’école d’architecture de Montpellier, Gilles Cusy la connaît bien, pour y avoir appris son métier. Entré en 1976, il est diplômé en 1983.  Vacataire, il est ensuite nommé enseignant à Saint-Etienne, avant d’y revenir. Il en deviendra président du conseil d’administration, puis  responsable des études. Et désormais, il en est le directeur. Rencontre.

 

photo giles cusy.jpg


Quel est le rôle du directeur de l’école d'archi ?

Il est chargé de rapporter à l’école les grandes orientations que souhaite la direction de l’architecture (le ministère de la Culture, autorité de tutelle de l’école), vérifie que les orientations prises par le conseil d’administration sont conformes à la politique du ministère. En fait, je dois  faire en sorte que les choses fonctionnent dans une machine qui peut vite se griper.


Il était important qu’un architecte qui exerce ce rôle ?

C’est un avantage. Lors des négociations, cela donne peut-être au directeur un peu plus de crédit.


Quels sont vos premiers dossiers ?

Je vais faire en sorte que le dossier de l’habilitation soit constitué de la manière la plus pertinente. Ce dossier définit la politique pédagogique  de l’école pour quatre ans. Ce que je souhaite aussi, c’est ouvrir les relations de l’école avec le monde extérieur. J’ai un peu l'impression que nous sommes coupés du territoire régional. J’ai envie de donner de la visibilité à l’école dans la ville, de mettre les étudiants au contact des  réalités régionales. Le danger qui nous guette, c’est de nous refermer sur nous même.


Vous avez déjà des idées en ce sens ?

J’aimerais que l’école soit le maître d’oeuvre d’une grande exposition sur l’architecture d’aujourd’hui dans un grand territoire régional,  probablement le nord du bassin méditerranéen, en posant une question : "Est-ce qu’il existe des spécificités, une identité de l’arc méditerranéen ?"

Quelle est la particularité de l'école de Montpellier ?

Nous sommes dans une ville qui est un vrai laboratoire d’observation du phénomène de l’étalement urbain. Et nous sommes également au  coeur d’un patrimoine du XXe siècle, avec La Grande-Motte, La Paillade... Etudier ces questions n’a de sens que si on confronte l’histoire de  l’architecture à son patrimoine.


Quel est le positionnement de l’école, au milieu des universités montpelliéraines ?

Elle a la légitimité pour délivrer un master d'architecture, mais aussi la légitimité à construire d'autres enseignements, sur des questions techniques, dans ses murs, sur son propre label, en partenariat. Cela correspond à un double objectif : offrir la possibilité à nos étudiants de se réorienter, mais aussi donner un cursus avec double compétence : architecture et urbanisme ou architecture et ingéniérie... La réforme LMD nous en donne la possibilité. Le métier d'architecte a profondément muté ces dernières années.


Recueilli par Martin MOREAU

________________________


A découvrir

Une journée portes ouvertes est organisée le 7 mars. L’occasion pour les futurs bacheliers de découvrir les locaux, rue de l’Espérou à  Montpellier, mais également les formations. Les dossiers d’inscriptions sont à retirer jusqu’au 3 avril. Et les épreuves d’admission se dérouleront le 16 mai.

16 février 2009

100 000 visiteurs et 200 notes, ou le succès inespéré

Voilà, Archi#Déco#Design vient de franchir le cap des 100 000 visiteurs. Et ce billet est la 200e note.

Aussi nous n'avons qu'un mot : MERCI.

Merci à vous pour votre fidélité, vous êtes 400 en moyenne tous les jours à venir nous rendre visite.

Merci pour vos commentaires, qui nous donnent envie de continuer encore plus loin dans l'aventure.

Bref, comme on l'a déjà dit, tout simplement, merci.

23:52 Publié dans Actu | Lien permanent | Commentaires (3)

12 février 2009

Franck Gehry expose ses estampes

L'un des plus grands architectes vivants de ce siècle expose à Paris jusqu'au 7 mars. Franck Gehry présente une série d'estampes à la galerie Lelong. Des dessins d'apparences brouillonnes devenues des oeuvres architecturales uniques comme le musée Guggenheim de Bilbao ou la fondation Vuitton à Paris.

C.U.

____________________

Jusqu'au 7 mars. Galerie Lelong, 13, rue de Téhéran, 75008 Paris.Tél. 01 45 63 13 19. Du mardi au vendredi de 16 h 30 à 18 h et le samedi  de 14 h à 18 h 30.

11 février 2009

Une boutique très "fifties" à Nîmes

"Objets d'hier, ambiance d'aujourd'hui". Derrière ce nom, se cache une minuscule boutique dans une petite rue du centre-ville de Nîmes qui recèle quelques trésors fifties ; essentiellement des meubles scandinaves des années 50 et quelques pièces des années 70.

 

alexis.jpg
Photo A. B.

C'est Laurent Accart, un véritable passionné qui chine tout le mobilier -beaucoup de bureaux- et les objets -des lampes ou encore des vases. Cerise sur le gâteau : les prix sont tout à faits raisonnables.

C. U.

__________________________

Objets d'hier, ambiance d'aujourd'hui. 6, rue Tédenat, 30 000 Nîmes. Ouvert du mercredi au samedi de 14hà 19h. Tél. 06 30 40 81 10.

09 février 2009

De jeunes archi en promo, ou la maison de l'architecture du Languedoc Roussillon lance les débats

Avec une nouvelle équipe à sa tête, la Maison de l'Architecture du Languedoc-Roussillon ne manque pas d'idées. Après l'exposition sur les Najap, dont on vous a parlé ici, voici que s'annonce une rencontre débat, réservée initialiement aux seuls membres de l'association.

 

malr rencontre.jpg

Cependant, si vous êtes intéressés à l'idée de rencontrer quatre jeunes agences d'architectes de la région autour d'un repas sympa, contactez la MALR. C'est jeudi 12 février que se déroule cette action, qui a pour but de montrer le dynanisme de nos jeunes talents locaux.

M. M.

___________________

Contact : MALR 1 Place Paul Bec, 34 000 Montpellier -  04 67 73 18 18.

03 février 2009

Les Najap, ou l'expo du début de l'année

C'est l'exposition à ne pas manquer en ce début d'année. L'école d'archi de Montpellier, en partenariat avec la Maison de l'architecture du Languedoc-Roussillon, accueille les Najap (nouveaux albums des jeunes architectes et paysagistes). C'est d'ailleurs sa première sortie en province, après avoir été vue par de nombreuses personnes à la cité de l'architecture et du patrimoine, à Paris.

hpqscan0002.jpg

Mais les Najap, qu'est ce que c'est ?   "Pour les jeunes architectes, il est toujours très difficile d'accéder à la commande publique. Un peu comme si en dessous de 40 ans, on ne pouvait pas constuire en France...", explique Isabelle Bertrand, la responsable de la communication de l'école d'archi de Montpellier. Le ministère de la Culture a donc lancé un concours européen de promotion des jeunes architectes. "Cela existait dans les années 1980. Et le ministère l'a relancé il y a quelques années, avec des expositions, un cercle de parrainage", poursuit-elle.

Ainsi, l'expo qui sera inaugurée mercredi soir va vous permettre de découvrir un vivier de jeunes architectes, français et étrangers. Une vingtaine, parmi plus de 250 dossiers déposés. Et pour accompagner cette exposition, une rencontre-débat se déroulera le jeudi 26 février, à 18 h, dans le grand amphi de l'école d'archi, sur le thème : "l'architecte, le paysagiste et l'échelle urbaine". Y participeront Frédérique Villemur,  maître assistante en histoire de l'art et de l'architecture, ainsi que trois lauréats des Najap 2008 : Bureau Bas Smets, Boris Schneider de Sam architecture et Clotilde Viellard-Buchet de l'Atelier du Serpentaire.

M. M.