Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30 avril 2008

Pekin 2008, ou l'architecture sportive

Actuellement, l'actualité des prochains jeux olympiques est marquée par la politique. Il n'est pas question pour Archi#Déco#Design de prendre position ou de juger qui que ce soit. Bref, nous allons surtout parler d'architecture. Et notamment celle des deux endroits phare des compétitions.

9a70c6f84cc26178a1636c39b053e7ce.jpg

Le stade olympique, pour commencer, que l'on doit au duo d'architectes suisses Herzog et Meuron. D'une capacité de 91 000 spectateurs, le Stade national, c'est son nom officiel, a depuis été surnommé "Nid d'oiseau" en raison de son dessin. Il est actuellement en cours de finition, mais on a préféré vous montrer les dessins d'architectes, plus parlant pour le moment que des photos avec des grues ou des échafaudages.

98248faa000103534ff1d664838eefe9.jpg
307b2c1abd04dfab3f7fbaade107de46.jpg
9c1031a78502cb64eea14292db3953fe.jpg
25c3662b5c5e65f3dfc29eb2c69c9258.jpg
 Images BOCOG.
L'autre site, c'est le centre  national de natation, situé à quelques centaines de mètres du Nid d'oiseau. On espère voir briller dans le "Cube d'eau", encore un surnom qui a pris le pas sur le nom officiel, les étoiles de la natation française. Laure Manaudou et consorts nageront devant plus de 15 000 spectateurs. Son surnom, la piscine le doit au revêtement très original qui la recouvre. Sur une espèce de résille métallique, on a placé des bulles de plastiques. C'est d'ailleurs la première fois que ce procédé architectural est mis en oeuvre. Et donne des résultats assez bluffants.

 

10540a36b74000c48b7c3e3f25f2e898.jpgb129761f106ae2654023d8caf2457de0.jpg543d6aad5f2bf64b8a0f2a51f29c1ad3.jpgea3eb3039b254a2d7f4662ab44ac090b.jpg
Vous aurez l'occasion d'admirer ces chefs-d'oeuvre de l'architecture contemporaine à la télé, cet été, pendant les épreuves. Les réalisateurs devraient montrer piscine et stade sous tous les angles.

29 avril 2008

Comme la pluie, ou la plaisir de la douche

Il n'y a pas à dire, mais la pluie, douce et chaude quand on est sous les tropiques, c'est souvent le bonheur. Évidemment, il faut que ce ne soit qu'un orage passager. Pourquoi ne pas reproduire les mêmes conditions ici, dans sa salle de bains. C'est ce que propose Dornbracht, avec un système exclusif, mélant plusieurs types de jets, des lumières et différentes options.

942bd3e1927e1068b646c8eb1a24d8fa.jpg

C'est un vrai panneau, qui s'encastre au plafond et qui répond au doux nom de "Rainsky" (ciel de pluie). Doté de réglages électroniques, il invite à rester longtemps sous l'eau, à profiter de cette pluie qui s'abat doucement sur les épaules.

4621a7a67037cd76beead4f05bec6b89.jpg

Mais, bien sûr, comme souvent, cette technologie - et ce plaisir - se paye au prix fort. Il faut, en effet, débourser plus de 20 000 € pour ce petit plaisir.

28 avril 2008

C'est le printemps, ou "on continue d'aménager le jardin"

On poursuit notre petit tour à l'extérieur, avec encore quelques bonnes trouvailles piochées chez Ikea, Habitat et à La Redoute, dans son catalogue AM PM,  pour aménager sa terrasse ou son jardin.

A commencer par ce banc qui fait également office de jardinière et de coffre de rangement. Un meuble bien polyvalent pour un petit jardin. Agrémenté d'un ou deux coussins pour le rendre plus confortable, d'un coloris assez passe-partout, il devrait trouver sa place facilement dans toutes les régions et dans toutes les ambiances.

5e1123dd848b34fc1dad586d90146c67.jpg
a84fde55bb5573d82943935786c48d6f.jpg
Banc jardinière - AM PM, La Redoute - 329 €.

Si vraiment l'envie de couleurs explosives vous prend, alors direction Habitat, qui signe une gamme estivale assez flashy. Ceci dit, le fluo fait son grand retour. Alors pourquoi pas !

8c0c6b4d9cd2a66a060b618ccb6b8997.jpg
Chaise longue et toile MAUI, chez Habitat - 50 + 15 €.

On revient à plus de sobriété. Pour ceux qui trouvent qu'un parasol, c'est pas beau (et parfois, on les comprend), la solution, c'est le auvent.  En dessous du quel on installe simplement deux fauteuils, voire une table.

5efca1418a94c7fe54e2fe6160663aaa.jpg
Auvent 89 € - Fauteuil 169 € - AM PM, La Redoute.
5fff7b08e8fd84706b6e96d17db4c2fe.jpg
Cache pot, 45 € - Lanterne, 29 € - AM PM, La Redoute.

Pour apporter quelques touches de couleurs, on pense aux plantes. Et aux pots. Joliment ronds, à suspendre, en céramique brillante, la collection Sommar chez Ikea répond parfaitement à ces critères.

7813188139aa96b66442673566e5d816.jpg
Jardinières à suspendre Sommar en faience et acier - Ikea - 7,99 €.

Et enfin, pour se reposer après avoir tout aménager, pourquoi ne pas se prélasser sur ce "demi" hamac, qui a fait l'unanimité auprès des collègues féminines de la rédaction. D'ailleurs, certaines l'ont déjà acheté et en sont très heureuses.

e9aead37bc2ef54ee51c323b4c57dfd1.jpg
Coussin repose-pied Dyning - Ikea - 9,99 €.

Allez, on reviendra encore avec quelques idées d'ici peu !

27 avril 2008

La Hollande, ou l'autre pays de la création et du design

Non non, on ne trouve pas que des moulins à vent, des tulipes et du gouda aux Pays-Bas. Et s'il fallait le prouver, l'ouvrage paru chez Phaidon est là pour le faire. "False flat" est une compilation de ce qui se fait de mieux au niveau du design et de l'architecture dans le pays de Van Gogh.

3634226b06bedac19f95022ba6b1307c.jpg

D'ailleurs, la Hollande n'est elle pas une patrie réputée pour être en avance sur son temps, notamment dans le domaine des moeurs ? Tout comme dans les questions de société, le design, l'architecture et la création au sens large sont donc à la pointe de la modernité. Anti-conformiste, explosif, raisonné, déraisonnable, lumineux, monochrome ou pailleté. Les adjectifs ne manquent pas pour décrire ce qui se fait d'Amsterdam à La Haye, de Rotterdam à Eindhoven.

Si le livre est en anglais et pourrait rebuter les moins anglophones des lecteurs, la richesse de la documentation (photographies, plans, captures d'écrans, livres...) permet de faire un tour d'horizon presque parfait de tout ce qui se passe dans le pays. Un plat pays, mais où la création atteint des sommets (elle était facile !).

M. M.

__________________________

False Flat, éditions Phaidon, 400 pages - 29,95 €

25 avril 2008

Le Languedoc-Roussillon, ou les spécificités architecturales de la région

Archi#Déco#Design a rencontré Bérengère Rodrigues de Sa, la jeune présidente de l'Ordre des architectes du Languedoc-Roussillon. Elle a pris les rênes de la structure en 2004, quatre ans après être rentrée dans l'Ordre. Et dix ans seulement après avoir obtenu son diplôme, préparé à l'école nationale supérieure d'architecture de Montpellier.

be27d8c3fd69663846a95df190e32085.jpg

Archi#Déco#Design : Y a-t-il une typicité à l'architecture du Languedoc-Roussillon ?

Bérengère Rodrigues de Sa : Je n'en suis pas sûre. On a plus des grands courants de pensée que des spécificités régionales. Nos seules typicités, ce sont peut être les matériaux que l'ont trouve sur place et le climat. La région a, par exemple, été en pointe dans le bioclimatique, dans les années 1970. On bénéficie désormais de ce travail fait en amont. Même si à l'époque, ça n'a pas vraiment fonctionné. On y revient maintenant, avec le développement durable.

# : La région a également la particularité d'accueillir beaucoup de monde...

B. R. de S. : Oui, beaucoup de monde vient s'installer ici, mais on reste une région pauvre. Il faut donc que nos coûts de construction soient tirés vers le bas, y compris pour le logement social. Il faut donc construire beaucoup et pas cher, tout en respectant un niveau de confort. C'est un challenge intéressant.

# : Montpellier est également une vitrine architecturale.

B. R. de S. : Oui, avec de grands noms. Mais la particularité de Montpellier, ce sont les Zac (zones d'aménagements concertées), avec un architecte référent. Comme Portzamparc à la Lironde. Ou Bofill avec Antigone.

# : Justement, ces grands noms, ça n'étouffe pas la création architecturale locale ?

B. R. de S. : On a, heureusement, quelques cabinets qui ont la stature pour travailler au plan national, voire international. Mais il faut savoir qu'ici, 80 % des architectes travaillent tout seul. Cela étant, de plus en plus, il y a des regroupements créés pour répondre à des projets. On peut ainsi partager les compétences.

# : Vous venez de lancer un prix. Pour quelle raison ?

B. R. de S. : Il y a quatre ans, nous avons réalisé un catalogue de l'architecture en Languedoc-Roussillon. Cela a beaucoup plus, mais les architectes n'avaient pas encore tous joué le jeu. Avec ce prix, on espère qu'il font se mobiliser. Nous l'avons couplé avec les rencontres de l'architecture en Languedoc-Roussillon. Notre but est de nous refocaliser sur la création régionale. On a également choisi le thème de la maison individuelle, parce que c'est un enjeu important. Il faut faire le produit adapté à la commande, prendre en compte toutes les contraintes. Et rentrer dans l'intimité du maître d'ouvrage.

# : Comment ce prix va-t-il être attribué ?

B. R. de S. :Le jury est composé des membres du conseil. Il sera présidé par un architecte catalan, Octavio Mestre, qui fait beaucoup de maisons individuelles. L'intérêt est également d'avoir un regard extérieur. A l'issue de la remise des prix, nous ferons une exposition, et peut-être une publication.

# : C'est également un moyen de vous faire connaître du grand public ?

B. R. de S. : Effectivement. Même si, sur les salons de l'immobilier, les gens ne savent pas toujours à quoi sert un architecte. Mais plus généralement, le grand public commence à s'intéresser à ce que l'on fait. Et puis certains maires, comme à Montpellier ou à Nîmes, se sont servis de l'architecture pour marquer leur empreinte.

b1cbd76a83ecd391e340e2f67ad17e6e.jpgL'ordre a édité "40 ans d'architecture remarquable en Languedoc-Roussillon". Un ouvrage très complet qui recense toute la production architecturale publique et privée dans la région : bâtiments scolaires, culturels, maisons individuelles ou habitat collectif, agrandissements ou rénovation. Le panorama est assez large et balaye les Pyrénées-Orientales, l'Aude, l'Hérault, le Gard et la Lozère.

_____________________________

 Il est disponible à la librairie Sauramps de Montpellier et coûte 20 €.

22 avril 2008

But, ou des cuisines qui n'ont rien à envier aux grandes

Dans l'imaginaire collectif, But est souvent associé à un mobilier bon marché mais pas toujours très beau. Dans le domaine des cuisines, face à une concurrence accrue, But a fait sa révolution. Et propose désormais des kits ou des cuisines personnalisées dont le dessin n'a rien à envier aux cuisinistes.

15c7326a531c96423a09420ac02bd804.jpg
La collection Altia. 

Avec des façades aux couleurs vives laquées (comme le rouge très tendance) ou en bois foncé, de type wengé, ces nouvelles cuisines sont modernes et, avec des meubles en verre givré, elles ont tout de leurs grandes soeurs.

bc00ab79b83c58e9d8489bfcfae87257.jpg
La collection Bibox Ebony. 
485cebe56c21bada64d4809fb6797f0a.jpg
La collection Bibox Trixi. 

Bref, allez faire un tour du côté de chez But si vous avez envie de refaire votre cuisine. Et au passage, récupérez le guide spécifique à cette pièce de la maison, plein de bonnes idées pour aménager l'espace et choisir son électroménager. Ou bien rendez-vous sur le site internet dédié spécialement aux cuisines.

00:00 Publié dans Tendance | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : décoration, cuisine, but

21 avril 2008

La bambouseraie, ou un jardin zen source d'inspiration

C'est le printemps, l'occasion idéale d'aller faire un tour à la Bambouseraie de Prafrance, à Générargues, tout juste à côté d'Anduze. Deux bonnes raisons à cela. La première est que le site va être inscrit à l'inventaire supplémentaire des monuments historique. Il faut dire que le jardin a eu 150 ans, il y a deux ans, et est doté d'un patrimoine végétal unique.

Ensuite, le Vallon du Dragon est une création récente, mais qui a su conquérir le public. Tout l'art du jardin à la japonaise y est exposé. Arbres taillés en nuages, bosquets soigneusement agencés, ruban d'eau serpentant en harmonie avec de petits côteaux.

A se demander parfois si l'on est bien dans le Gard, et non entre Kyoto et Osaka. D'autant que les Cévennes, dans le fond, se marie avec bonheur avec cette création récente qui attire de plus en plus de visiteurs. Pourtant, malgré le monde, la balade est décontractée. Le doux bruissement de l'eau, le frémissement des bambous, sont autant d'invitations à la détente et au calme.

6934565b50708367cd90e52ffd2d3dc1.jpg
26a34ce580a70062d017e43c224d169e.jpg

Et puis les amateurs de jardinage pourront toujours trouver là une source d'inspiration pour imaginer leurs propres réalisations. Evidemement, il convient de redimensionner cela à la taille d'un jardin, mais toutes les recettes sont là, sous les yeux des passants.

 

ac90b998d322e1b672574d6ebb984784.jpg21b210b5123b3d500fadce4db4504d9a.jpg
0dc73c4d24f0fbb82906aa290b97cf18.jpg6df031f6fb52110a42ae26b5cfd76518.jpg
43f685c26702597f385bfaaad7b51468.jpg 
7d49eab3821858bd5f7e774cb34dd124.jpg
384114c19c72b30dae06af19e98d0bc7.jpg
Et pour terminer ce voyage au mieux, la Bambouseraie a tout prévu. D'abord dans son espace de vente, avec des plantes à foison.  Azalée, conifères, érables et bien entendu bambous... Et un peu plus haut, dans la boutique, de nombreux ouvrages sont consacrés aux jardins zen, au feng-shui et à la tradition japonaise. Sans oublier un ensemble d'objets de décoration. On a particulièrement aimé les bols et saladiers en bambous laqués.
Un petit tour du côté d'Anduze et c'est le dépaysement assuré.
M. M.
___________________________

Renseignements pratiques sur le site de la Bambouseraie.

19 avril 2008

Maisons +, ou des idées d'extensions originales

C'est une tendance qui se confirme. De plus en plus, lorsque l'on achète une maison, on a tendance à voir plus grand. A souhaiter pousser les murs. Le livre "Maisons+, 40 idées d'extensions", paru aux éditions Hoëbeke, vient donc à point nommé. Son auteur, Phyllis Richardson, nous entraîne dans une quarantaine d'habitations qui ont toutes un "truc en plus". Une boîte en verre adossée à la façade, un cube suspendu au dessus du vide, un chalet adossé à un pavillon basique, une avancée colorée et lumineuse ou au contraire une pièce aux murs borgnes, toutes les propositions sont surprenantes.

b323a15506edbe95676ba46b128ea1bd.jpg

C'est en cinq chapitres que le lecteur fait le tour de la question - et de la maison ! En haut, pour commencer, avec des réalisations sur le toit. Derrière, en utilisant l'espace dévolu au jardin. Sur les côtés, avec de petites extensions. En bas, pour des pièces réaménagées. Autour enfin, quand il s'agit de reconfigurer à grande échelle le bâti existant.

Un livre qui donne des idées, pour tous ceux qu'un projet d'achat démange. Et qui permet aussi de se projeter. Pourquoi ne pas se contenter d'une petite surface au départ et y adjoindre une pièce à l'identité propre, personnelle... En quarante idées, vous trouverez certainement celle que vous n'aviez pas encore eue !

M. M.

__________________________

"Maisons +, 40 idées d'extensions", par Phyllis Richardson - 224 pages - Editions Hoëbeke - 29,50 €

18 avril 2008

Elodie Nourrigat, ou la consécration européenne pour l'architecte montpelliéraine

Elodie Nourrigat, qui avec Jacques Brion, a fondé le cabinet d'architecture N+B à Montpellier, vient de voir son travail récompensé. Et de quelle manière. Ainsi, elle a été choisie comme l'une des "40 under 40", soit l'un des quarante architectes âgés de moins de 40 ans, en Europe, et qui sont considérés comme les espoirs de l'architecture de demain. Un prix décerné par un jury de professionnels réuni à New York en décembre 2007 et qui a rendu ses conclusions en mars dernier. Ainsi, avec deux autres architectes français, la Montpelliéraine cotoient des Norvégiens, des Anglais, des Espagnols, des Croates, des Russes, des Belges, des Allemands, choisis parmi des centaines de candidats.

Archi#Déco#Design l'a rencontrée. Elle nous parle de ce prix.

18792e3b938791f4ca6020f314482251.jpg

La récompense, prestigieuse, est décernée par le « European Centre for Architecture Art Design and Urban Studies », en collaboration avec le Chicago Athenaeum, un musée américain. "J'ai présenté deux projets. Le premier, réalisé, est celui du bâtiment de la communauté de communes de la Vallée de l'Hérault, à Gignac. Le second est une étude réalisée dans le cadre d'un concours d'idées pour la grande bibliothèque de Prague", explique l'architecte.

e56abaf232c1193e1853e2699521df99.jpg
442196892fd8b5cd60587cc5c9887d64.jpg
63fb895b4a5c4d16e3f0c680dc52a396.jpg
Les bâtiments de la communauté de communes de la Vallée de l'Hérault, à Gignac
4913c877694f8c10ef620ff8ececeff1.jpg
Une proposition pour la bibliothèque de Prague
5029a4b9badaaf4df6d6d54d3918a665.jpg
Le troisième projet présenté est une étude pour l'Office HLM des Bouches-du-Rhône, le nom du projet étant "Loger les enfants du pays à Marseille".

Un choix qui s'imposait pour elle, tant le projet de Gignac, le parc Camalcé, lui tient à coeur. "On a proposé une architecture, avec une écriture contemporaine, avec des matériaux contemporains. C'est vrai que lors des premières réunions, les gens étaient surpris, mais le maître d'ouvrage a su nous aider et a porté le bâtiment jusqu'au bout", précise Elodie Nourrigat. Pas facile, en effet, de faire une proposition originale dans un lieu coincé entre un supermarché et un rond-point. "C'est un vrai problème que le traitement des entrées de ville et des zones d'activités. Notre idée était de faire en sorte que ce lieu utilisé la semaine le soit également le week-end. On a donc aménagé un parc, à l'arrière, avec une évocation du canal de Gignac. Les gens vont s'y promener, y pique-niquer. Et la grande salle de réunion sert maintenant aux associations, à des manifestations", confie l'architecte. Du zinc, du bois, des bâtiments aux lignes simples relevées par des bardages, voilà la recette choisie par le cabinet N+B pour cette commande. Et qui vaut donc à Elodie Nourrigat une belle récompense : "Mais l'architecture ne dépend pas que de l'architecte. Il faut un dialogue, important, avec le maître d'ouvrage." D'autant que pour Elodie Nourrigat, "ce bâtiment fait partie des réalisations importantes de l'agence". Le prix qu'elle vient de recevoir vient donc achever la consécration de son travail. "C'est une grande satisfaction, une grande joie. On va maintenant rajouter cela sur le CV ", confie l'architecte.

Et cela prouve, s'il en était vraiment besoin, que Montpellier et la région ont des architectes de talents, capables de rivaliser avec les meilleurs. "Sans vouloir faire du régionalisme, c'est vrai que c'est important aussi pour la région", conclut Elodie Nourrigat. Un peu pour dire qu'il n'y a pas qu'à Paris que l'on sait faire de l'architecture de qualité.

M. M.

____________________________


Les travaux des « 40 under 40 » donneront lieu à une exposition présentée à Chicago en juillet. Elle devrait ensuite venir en Europe.

Pour voir le travail du cabinet N+B, rendez-vous sur leur site ici.

17 avril 2008

Un prix de l'architecture, ou la création récompensée en Languedoc-Roussillon

Un prix pour récompenser les architectes de la région Languedoc-Roussillon. C'est ce que vient de lancer l'ordre des architectectes du Languedoc-Roussillon. Une première dans la région, qui vise à mettre en avant la création locale. Et montrer, s'il était vraiment nécessaire, qu'il existe des cabinets de talent, en dehors de Paris.

17c2c80f018973d69e3c07bf4cbaff88.jpg

Pour l'heure, Archi#Déco#Design vous fait part du communiqué de l'ordre, nous reviendrons plus en détail sur cette manifestation.

Villes et villages du Languedoc-Roussillon abritent des villas qui révèlent une architecture contemporaine et pourtant bien méditerranéenne dans leur conception axée sur la maîtrise des éléments : soleil, chaleur, lumière et vent. Pour les découvrir, l’Ordre régional des architectes lance le Prix d’architecture du Languedoc-Roussillon, ouvert à tous les  architectes inscrits à l’Ordre du Languedoc-Roussillon ayant construit dans la région des maisons individuelles, isolées ou groupées.

"Nous voulons apporter aux architectes d'ici la reconnaissance qu'ils méritent, explique la présidente de l'Ordre des Architectes Languedoc-Roussillon, Bérengère Rodrigues de Sa. Leur réflexion sur la typologie de la maison d'aujourd'hui gagne à être connue". "Se protéger de la chaleur tout en profitant de la lumière naturelle du soleil, rafraîchir sans recours systématique à la climatisation, prendre en compte les difficultés du terrain et la beauté des paysages, adapter la répartition des pièces en fonction des besoins de ses occupants… ce sont depuis longtemps les préoccupations des architectes, enchaîne Nicolas Crégut, responsable de l'organisation du Prix d'architecture. Ce Prix démontrera le talent avec lequel les architectes conçoivent des maisons adaptées à notre climat et notre mode de vie."

Un jury composé d'architectes et présidé par Octavio Mestre (architecte à Barcelone) sélectionnera une série de projets qui feront l’objet d’une exposition qui circulera dans les départements de la région. Ces projets seront également regroupés dans une publication qui sera diffusée le plus largement possible, notamment auprès des maires de la région, des architectes inscrits en Languedoc-Roussillon, du grand public, des médias spécialisés et de la presse locale et nationale.

La proclamation des lauréats aura lieu le 10 octobre 2008 aux Rencontres de l’architecture, organisées chaque année par l’Ordre des architectes à l’Ensam, l’école nationale supérieure d’architecture de Montpellier. Le dossier d’inscription peut être retiré sur le site de l’Ordre des architectes, architectes.org, rubrique actualités Languedoc-Roussillon ou sur demande à communicationlr@architectes.org. Les dossiers doivent être remis avant le 6 juin 2008 à 12h00.